Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse




Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse
Le sultan approcha du lit de la princesse, la baisa entre les deux yeux, selon la coutume, en lui souhaitant le bonjour, et lui demanda en souriant comment elle se trouvait de la nuit passée. Mais en relevant la tête et en la regardant avec plus d’attention, il fut extrêmement surpris de la voir dans une grande mélancolie, et qu’elle ne lui marquait, ni par la rougeur qui eût pu lui monter au visage, ni par aucun autre signe, ce qui eût pu satisfaire sa curiosité.
Elle lui jeta seulement un regard des plus tristes d’une manière qui marquait une grande affliction ou un grand mécontentement. Il lui dit encore quelques paroles ; mais comme il vit qu’il n’en pouvait tirer d’elle, il s’imagina qu’elle le faisait par pudeur, et il se retira. Il ne laissa pas néanmoins de soupçonner qu’il y avait quelque chose d’extraordinaire dans son silence, ce qui l’obligea d’aller sur-le-champ à l’appartement de la sultane, à qui il fit le récit de l’état où il avait trouvé la princesse et de la réception qu’elle lui avait faite. « Sire, lui dit la sultane, cela ne doit pas surprendre Votre Majesté, il n’y a pas de nouvelle mariée qui n’ait la même retenue le lendemain de ses noces ; ce ne sera pas la même chose dans deux ou trois jours : alors, elle recevra le sultan son père comme elle le doit. Je vais la voir, ajouta-t-elle, et je suis bien trompée si elle me fait le même accueil. »
Quand la sultane fut habillée, elle se rendit à l’appartement de la princesse, qui n’était pas encore levée. Elle s’approcha de son lit et elle lui donna le bonjour en l’embrassant. Mais sa surprise fut des plus grandes, non-seulement de ce qu’elle ne lui répondait rien, mais même de ce qu’en la regardant elle s’aperçut qu’elle était dans un grand abattement, qui lui fit juger qu’il lui était arrivé quelque chose qu’elle ne pénétrait pas. « Ma fille, lui dit la sultane, d’où vient que vous répondez si mal aux caresses que je vous fais? Est-ce avec votre mère que vous devez faire toutes ces façons ? et doutez-vous que je ne sois pas instruite de ce qui peut arriver dans une pareille circonstance que celle où vous êtes ? Je veux bien croire que vous n’avez pas cette pensée, il faut donc qu’il vous soit arrivé quelque autre chose : avouez-le-moi franchement, et ne me laissez pas plus longtemps dans une inquiétude qui m’accable. » La princesse Badroulboudour rompit enfin le silence par un grand soupir.
« Ah ! madame et très honorée mère ! s’écria-t-elle, pardonnez-moi si j’ai manqué au respect que je vous dois. J’ai l’esprit si fortement occupé des choses extraordinaires qui me sont arrivées cette nuit, que je ne suis pas encore bien revenue de mon étonnement ni de mes frayeurs, et que j’ai même de la peine à me reconnaître moi-même. » Alors elle lui raconta avec les couleurs les plus vives de quelle manière, un instant après qu’elle et son époux furent couchés, le lit avait été enlevé et transporté en un moment dans une chambre malpropre et obscure, où elle s’était vue seule et séparée de son époux, sans savoir ce qu’il était devenu, et où elle avait vu un jeune homme, lequel, après lui avoir dit quelques paroles que la frayeur l’avait empêchée d’entendre, s’était couché avec elle à la place de son époux, après avoir mis son sabre entre elle et lui, et que le matin, son époux lui avait été rendu, et le lit rapporté en sa place en aussi peu de temps. « Tout cela ne venait que d’être fait, ajouta-t-elle, quand le sultan mon père est entré dans ma chambre. J’étais si accablée de tristesse que je n’ai pas eu la force de lui répondre une seule parole. Ainsi je ne doute pas qu’il ne soit indigné de la manière dont j’ai reçu l’honneur qu’il m’a fait ; mais j’espère qu’il me pardonnera quand il saura ma triste aventure et l’état pitoyable où je me trouve encore en ce moment. »
(A suivre)

Libé
Mercredi 18 Septembre 2013

Lu 134 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs