Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse




Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse
Cela a duré si longtemps qu’à la fin je crois qu’il s’est ennuyé, car il s’est levé sans qu’on s’y attendît et il s’est retiré assez brusquement sans vouloir entendre quantité d’autres personnes qui étaient en rang pour lui parler à leur tour. Cela m’a fait cependant un grand plaisir. En effet, je commençais à perdre patience et j’étais extrêmement fatiguée de demeurer debout si longtemps. Mais il n’y a rien de gâté ; je ne manquerai pas d’y retourner demain : le sultan ne sera peut-être pas si occupé. Quelque amoureux que fût Aladdin, il fut contraint de se contenter de cette excuse et de s’armer de patience.
Il eut au moins la satisfaction de voir que sa mère avait fait la démarche la plus difficile, qui était de soutenir la vue du sultan, et d’espérer qu’à l’exemple de ceux qui lui avaient parlé en sa présence, elle n’hésiterait pas aussi à s’acquitter de la commission dont elle était chargée quand le moment favorable de lui parler se présenterait.
Le lendemain, d’aussi grand matin que le jour précédent, la mère d’Aladdin alla encore au palais du sultan avec le présent de pierreries ; mais son voyage fut inutile : elle trouva la porte du divan fermée, et elle apprit qu’il n’y avait de conseil que de deux jours l’un, et ainsi qu’il fallait qu’elle revînt le jour suivant. Elle s’en alla porter cette nouvelle à son fils, qui fut obligé de renouveler sa patience. Elle y retourna six autres fois, aux jours marqués, avec aussi peu de succès ; et peut-être qu’elle y serait retournée cent autres fois aussi inutilement si le sultan, qui la voyait toujours vis-à-vis de lui à chaque séance, n’eût fait attention à elle. Cela est d’autant plus probable qu’il n’y avait que ceux qui avaient des requêtes à présenter qui approchaient du sultan, chacun à leur tour, pour plaider leur cause dans leur rang, et la mère d’Aladdin n’était point dans ce cas-là. Ce jour-là enfin, après la levée du conseil, quand le sultan fut rentré dans son appartement, il dit à son grand vizir : « Il y a déjà quelque temps que je remarque une certaine femme qui vient réglément chaque jour que je tiens mon conseil, et qui porte quelque chose d’enveloppé dans un linge ; elle se tient debout depuis le commencement de l’audience jusqu’à la fin, et affecte de se mettre toujours devant moi. Savez-vous ce qu’elle demande ? » Le grand vizir, qui n’en savait pas plus que le sultan, ne voulut pas néanmoins demeurer court. « Sire, répondit-il, Votre Majesté n’ignore pas que les femmes forment souvent des plaintes sur des sujets de rien.
Celle-ci apparemment vient porter sa plainte devant Votre Majesté sur ce qu’on lui a vendu de la méchante farine ou sur quelque autre tort d’aussi peu de conséquence. » Le sultan ne se satisfit pas de cette réponse. « Au premier jour de conseil, reprit-il, si cette femme revient, ne manquez pas de la faire appeler, afin que je l’entende. » Le grand vizir ne lui répondit qu’en baisant la main et en la portant au-dessus de sa tête pour marquer qu’il était prêt à la perdre s’il y manquait. La mère d’Aladdin s’était déjà fait une habitude si grande de paraître au conseil devant le sultan, qu’elle comptait sa peine pour rien, pourvu qu’elle fît connaître à son fils qu’elle n’oubliait rien de tout ce qui dépendait d’elle pour lui complaire.
Elle retourna donc au palais le jour du conseil, et se plaça à l’entrée du divan vis-à-vis le sultan, à son ordinaire. Le grand vizir n’avait pas encore commencé à rapporter aucune affaire quand le sultan aperçut la mère d’Aladdin. Touché de compassion de la longue patience dont il avait été témoin : « Avant toutes choses, de crainte que vous ne l’oubliiez, dit-il au grand vizir, voilà la femme dont je vous parlais dernièrement : faites-la venir et commençons par l’entendre et par expédier l’affaire qui l’amène. » Aussitôt le grand vizir montra cette femme au chef des huissiers, qui était debout prêt à recevoir ses ordres, et lui commanda d’aller la prendre et de la faire avancer. Le chef des huissiers vint jusqu’à la mère d’Aladdin, et au signe qu’il lui fit, elle le suivit jusqu’au pied du trône du sultan, où il la laissa pour aller se ranger à sa place près du grand vizir.
La mère d’Aladdin, instruite par l’exemple de tant d’autres qu’elle avait vus aborder le sultan, se prosterna le front contre le tapis qui couvrait les marches du trône, et elle demeura en cet état jusqu’à ce que le sultan lui commandât de se lever. Elle se leva, et alors : « Bonne femme, lui dit le sultan, il y a longtemps que je vous vois venir à mon divan et demeurer à l’entrée depuis le commencement jusqu’à la fin. Quelle affaire vous amène ici ? » La mère d’Aladdin se prosterna une seconde fois après avoir entendu ces paroles, et quand elle fut relevée : « Monarque au-dessus des monarques du monde, dit-elle, avant d’exposer à Votre Majesté le sujet extraordinaire et même presque incroyable qui me fait paraître devant son trône sublime, je la supplie de me pardonner la hardiesse, pour ne pas dire l’impudence de la demande que je viens lui faire. Elle est si peu commune que je tremble et que j’ai honte de la proposer à mon sultan. » Pour lui donner la liberté entière de s’expliquer, le sultan commanda que tout le monde sortît du divan et qu’on le laissât seul avec son grand vizir, et alors il lui dit qu’elle pouvait s’expliquer sans crainte. La mère d’Aladdin ne se contenta pas de la bonté du sultan, qui venait de lui épargner la peine qu’elle eût pu souffrir en parlant devant tant de monde : elle voulut encore se mettre à couvert de l’indignation qu’elle avait à craindre de la proposition qu’elle devait lui faire et à laquelle il ne s’attendait pas. « Sire, dit-elle en reprenant la parole, j’ose encore supplier Votre Majesté, au cas qu’elle trouve la demande que j’ai à lui faire offensante ou injurieuse en la moindre chose, de m’assurer auparavant de son pardon et de m’en accorder la grâce.
 (A suivre)

Libé
Samedi 14 Septembre 2013

Lu 211 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs