Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hillary Clinton appelle à une réponse mesurée contre Pyongyang : La Corée du Nord rompt toutes ses relations avec le Sud




La Corée du Nord a décidé mardi de rompre toutes ses relations avec la Corée du Sud ainsi que les communications entre les deux pays, a annoncé l’agence officielle KCNA reçue à Séoul.
Les Nord-Coréens ont en outre fait savoir qu’ils expulseraient tout le personnel sud-coréen travaillant dans le complexe industriel de Kaesong, situé au nord de la ligne de démarcation, mais financé par Séoul, selon la même source.
Tous les navires et avions sud-coréens se verront en outre interdire l’accès aux eaux maritimes et à l’espace aérien nord-coréen, a ajouté KCNA.
Le numéro un nord-coréen Kim Jong-Il a placé son armée en état d’alerte après que Séoul a menacé de «faire payer le prix» à la Corée du Nord du naufrage fin mars de sa corvette Cheonan, avaient auparavant annoncé des transfuges nord-coréens.
La Corée du Sud a déclaré lundi qu’elle allait demander de nouvelles sanctions à l’ONU et suspendre les échanges commerciaux avec son voisin du Nord.
La Corée du Nord a été rendue responsable la semaine dernière par des enquêteurs internationaux du torpillage de la corvette Cheonan, qui a fait 46 morts parmi les marins sud-coréens, des allégations que Pyongyang a fermement démenties.
En visite à Séoul, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a appelé hier la Corée du Nord à cesser ses provocations et menaces envers son voisin du Sud. Le naufrage de la corvette Cheonan appelle «une réponse ferme mais mesurée», a-t-elle ajouté, saluant le «discours fort» du Président Lee Myung-bak, lundi, dans lequel il a annoncé une série de mesures de représailles contre le Nord. Arrivée à Séoul, en provenance de Pékin où elle avait tenté d’obtenir plus de fermeté des Chinois vis-à-vis de leur allié nord-coréen, la chef de la diplomatie américaine a également indiqué que les Etats-Unis étudiaient «d’autres options afin d’établir la responsabilité de la Corée du Nord et de ses dirigeants», sans donner de précisions.
A Pékin, Mme Clinton a obtenu que la Chine, seul allié de poids de Pyongyang, accepte de «collaborer» avec les Etats-Unis face à la nouvelle crise coréenne. La secrétaire d’Etat a déclaré mardi que Washington «allait travailler avec la communauté internationale et [ses] collègues chinois pour mettre au point une réponse efficace et appropriée». De son côté, la Chine a fait des concessions de pure forme en soulignant être «prête à travailler avec les Etats-Unis et d’autres parties» en vue d’apaiser les tensions. Pékin est toujours en train d’évaluer les conclusions de l’enquête internationale mettant en cause le Nord.

AFP
Jeudi 27 Mai 2010

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs