Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Heurts meurtriers entre police et islamistes à Alexandrie

Pas de répit de nouvel an en Egypte entre pro-Morsi et forces de l’ordre




Heurts meurtriers entre police et islamistes  à Alexandrie
Deux personnes ont été tuées mercredi soir en Egypte lors de heurts entre la police, des manifestants islamistes et des habitants d’Alexandrie, rapporte le ministère de l’Intérieur.

Les violences ont éclaté lors de deux manifestations ayant rassemblé quelque 200 partisans des Frères musulmans dans la ville, a déclaré le ministère. «Les (manifestants) ont bloqué la rue (...), incendié des boutiques et la voiture d’un particulier, tiré des coups de feu et agressé et terrorisé des personnes», a-t-il dit. 

Des habitants ont échangé des tirs avec les protestataires, tuant deux personnes et blessant trois policiers. Les forces de police ont réussi à mettre fin aux affrontements et procédé à dix interpellations, a ajouté le ministère dans un communiqué.

Les forces de l’ordre se heurtent régulièrement aux partisans du président déchu Mohamed Morsi, déposé par l’armée début juillet après de grandes manifestations. Des centaines de militants des Frères, la confrérie islamiste dont est issu le chef de l’Etat emprisonné, ont été tués depuis cette date. Mercredi, des incidents se sont produits près du siège du ministère de la Défense au Caire où la police a fait usage de grenades lacrymogènes et de canons à eau contre environ 300 étudiants membres des Frères musulmans. Les forces de l’ordre ont aussi affronté des étudiants pro-Morsi de l’université de Zagazig, dans le delta du Nil. 
Depuis la rentrée de septembre, l’université Al Azhar est devenue l’un des principaux foyers de la contestation islamiste contre le pouvoir intérimaire soutenu par l’armée. Au moins 10 étudiants sont morts dans des affrontements avec la police. 

En novembre dernier, les autorités intérimaires installées par l’armée ont interdit les manifestations près des lieux de culte ou partant des lieux de culte et obligé tout organisateur d’un rassemblement à obtenir une autorisation du ministère de l’Intérieur. 
Depuis l’adoption de cette législation, des centaines de partisans des Frères musulmans et de militants pro-démocrates ont été arrêtés pour avoir manifesté sans autorisation. Dans la ville de Beni Souef, dans le sud du pays, un militant du Courant populaire, un mouvement de gauche, a été arrêté et son ordinateur portable confisqué, a déclaré le mouvement dans un communiqué. Selon une source policière, il avait posté des commentaires contre l’armée et la police sur les réseaux sociaux.

Reuters
Vendredi 3 Janvier 2014

Lu 328 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs