Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Haute tension autour des prisons

Le torchon brûle entre Tamek et les cadres communs au sein de l’Administration pénitentiaire




Rien ne va plus entre la Délégation générale de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR)  et  le Syndicat national des cadres communs au sein de la DGAPR. L’administration de Mohamed Saleh Tamek accuse les responsables de ce syndicat d’incitation à la fronde.  Des charges que remet en cause ladite formation, qui estime que la défense des droits des fonctionnaires ne signifie nullement  l’insoumission ni l’appel à l’insubordination.   
Un communiqué de la DGAPR,  publié mercredi, a indiqué que des publications ont été postées récemment sur des réseaux sociaux incitant les fonctionnaires du secteur pénitentiaire à la protestation. Ces derniers sont appelés à « présenter de manière collective des certificats médicaux, à protester et à se livrer à des actes contraires aux dispositions légales et administratives régissant le travail au sein des établissements pénitentiaires », a précisé la même source.
La DGAPR ne va pas par quatre chemins. Elle accuse le syndicat qu’elle a qualifié de « prétendue organisation syndicale »,  d’être derrière ces incitations et met en garde contre les répercussions de ces appels sur la sécurité des établissements pénitentiaires et de leurs pensionnaires. Pire, ladite administration juge que le syndicat induit l'opinion publique en erreur en prétendant défendre les intérêts des fonctionnaires alors que « son seul objectif est de servir un agenda n'ayant rien à voir avec ses prétentions », a souligné  le communiqué.
La réponse des cadres communs au sein de la DGAPR n’a pas tardé à se manifester. D’après eux, l’action syndicale n’a jamais visé à provoquer des mutineries ni perturber le fonctionnement normal des institutions et des services publics, encore moins remettre en cause les relations de respect et la hiérarchie administrative.  
« Nous pensons que notre intégration au sein de la DGAPR en tant qu’institution soumise à un régime semi-militaire ne remet pas en cause notre engagement syndical vu que nous sommes fort conscients de la nature du travail dans ce secteur ainsi que des dangers et des enjeux en place », a indiqué Driss Sarsari, membre du comité médiatique et technique du syndicat, sur le site de ce dernier.  Et d’ajouter : « Nous sommes attachés à la discipline et à l’application de la loi. Mais nous refusons que l’autorité s’exerce sur les fonctionnaires d’une manière abusive ou erronée…Notre travail consiste seulement à sensibiliser les fonctionnaires à leurs droits et devoirs. Notamment via l’encadrement, la formation et la collecte d’informations sur leur situation  professionnelle et leur rôle dans la réinsertion des pensionnaires».
Le responsable syndical a noté, par ailleurs, que la liberté de l’action syndicale est l’un des acquis ayant marqué les établissements pénitentiaires ces deux dernières années au Maroc, tout en précisant que le droit au dialogue et la conclusion de  conventions collectives font encore défaut, ce qui va assurément à l’encontre des accords internationaux.

 

Hassan Bentaleb
Vendredi 13 Janvier 2017

Lu 1444 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito








www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs





Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma