Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hausse du nombre des bénéficiaires des programmes d'alphabétisation et de postalphabétisation

Une carte prévisionnelle pour la saison 2015-2016 qui prévoit de doubler les résultats réalisés




Le Maroc a célébré hier la Journée nationale de la lutte contre l'analphabétisme sur un constat des plus positifs à la faveur d'efforts colossaux déployés par les différentes parties prenantes, se traduisant par l'augmentation de 20,9% du nombre de bénéficiaires des programmes d'alphabétisation et post alphabétisation pour la saison 2014-2015.
Le nombre de bénéficiaires des programmes d'alphabétisation et postalphabétisation pour la saison 2014-2015 a atteint 745.363 inscrits, contre 616.418 lors de la période 2013-2014, soit une augmentation de 20,9%, s'est félicité le chef du département de la Coopération internationale et de la promotion du partenariat de l'Agence nationale de lutte contre l'analphabétisme (ANLCA), Abdellah Khaloub.
Le programme d'alphabétisation dans les mosquées, géré par le ministère des Habous et des Affaires islamiques a bénéficié, à lui seul, à 251.559 personnes sur un total de 279.555 inscrits dans les programmes du secteur public, soit un taux de satisfaction de 90%, a-t-il fait savoir dans une déclaration à la MAP.
Pour ce qui est des ONG, elles ont encadré au terme de cette année 453.337 bénéficiaires, contre 290.398 lors de la saison 2013-2014, soit une hausse de 56%, a relevé M. Khaloub, notant que les conventions de partenariat signées entre l'ANLCA et les associations sont passées de 1180 conventions lors de la saison 2013-2014 à 1616 en 2014-2015 (+36,9%).
Et de souligner que l'Agence s'est mobilisée pour assurer une session de formation à plus de 7.200 alphabétiseurs au cours de cette année.
Conscient du rôle capital de l'alphabétisation, le Maroc s'est attelé, depuis plusieurs décennies, à multiplier les efforts en vue de gagner ce pari à la faveur d'une panoplie d'initiatives, de plans et de programmes, dont la mise en place de l'ANLCA, les programmes d'alphabétisation dans les mosquées et l'éducation non formelle (ENF).
C'est dans cette optique que l'agence a préparé une carte prévisionnelle pour la saison 2015-2016, a dit M. Khaloub. Cette carte, qui sera présentée au conseil d'administration dans sa prochaine session en vue de sa validation, prévoit de doubler les résultats réalisés cette année et de s'ouvrir sur d'autres horizons pour une meilleure contribution des secteurs publics, des conseils régionaux et des entreprises privées et donner davantage d'importance à l'alphabétisation des jeunes âgés de 16 à 24 ans.
M. Khaloub, qui s'est réjoui des résultats "très positifs" réalisés au cours de l'année 2014-2015, a toutefois tenu à rappeler que l'ANLCA a dû faire face à de nombreuses contraintes lors de sa phase transitoire (passage d'une direction relevant du ministère de l'Education nationale à une Agence autonome sous la tutelle du chef du gouvernement).
Il en résulte, en fait, que depuis la création de l'ANLCA, il y a deux ans, cet organisme a permis au Maroc d'avancer à pas de géant dans le processus de lutte contre l'analphabétisme en prenant la gestion des programmes et plans visant la réduction du taux d'analphabétisme à bras-le-corps et en affichant des résultats très prometteurs.
Par ailleurs, depuis l'annonce par SM le Roi Mohammed VI, le 20 août 2000, dans son discours à l'occasion du 47ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple, du programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées, cet espace religieux ne cesse d'apporter une contribution de taille à la lutte contre ce fléau. Les chiffres sont, d'ailleurs, révélateurs quant au bilan des efforts déployés dans ce secteur.
Rien que pour l'année scolaire 2014-2015, le nombre de bénéficiaires des programmes d'alphabétisation s'est élevé à 251.559, une performance qui dépasse l'objectif fixé au début de l'année scolaire (250.000), soit un taux de satisfaction de 100,62%, a indiqué, de son côté, Ahmed Talbi, chef de la Division de la lutte contre l'analphabétisme, rattachée à la direction de l'enseignement traditionnel du ministère des Habous et des Affaires islamiques.
Dans une déclaration à la MAP, M. Talbi a souligné que le nombre de bénéficiaires des programmes de postalphabétisation s'est élevé à 41.375, dépassant ainsi l'objectif fixé au début de l'année scolaire (40.000), soit un taux de satisfaction de 103,44%, ajoutant que plus de 5.807 mosquées, 5.798 alphabétiseurs et 562 coordinateurs sont mobilisés pour assurer les objectifs tracés par le ministère.
Quant aux programmes de l'ENF, ils sont venus apporter leur contribution à l'effort d'alphabétisation, à travers l'Ecole de la deuxième chance, visant à réintégrer dans le système d'éducation formelle ou de formation professionnelle les catégories d'enfants et de jeunes qui n'ont pas pu accéder à l'école ou ayant abandonné leur scolarité prématurément.
Durant l'année scolaire 2014-2015, les programmes de l'éducation non formelle, qui ont pris leur forme institutionnelle en 1998, ont bénéficié à près de 62.817 personnes, dont 29.935 dans le cadre du programme de la deuxième chance, a indiqué, de son côté, le chef de la Division de la gestion des programmes à la Direction de l'ENF, Driss El Jouni, relevant du ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle.
Selon le responsable, 2.708 bénéficiaires (garçons et filles), intégrés dans l'enseignement formel, ont aussi fait l'objet d'un accompagnement éducatif.
Droit humain fondamental et outil primordial pour la croissance, l'alphabétisation constitue indubitablement la clé de voûte du développement socioéconomique. Elle favorise l'autonomisation personnelle et décisionnelle, la participation active à la vie sociale, la prospérité de la population et l'épanouissement des individus et de la société. Il va sans dire que la lutte contre l'analphabétisme au Maroc n'est la mission ni d'un secteur ou d'un organisme, ni même une responsabilité exclusive du gouvernement. Il s'agit d'une responsabilité de tous les Marocains. Les associations de la société civile, les différentes institutions et autres établissements ne lésinent pas sur les moyens et consacrent beaucoup de temps et d'efforts dans l'optique de réduire le taux d'analphabétisme et sortir une grande franche de la société des jougs de l'ignorance.

Mercredi 14 Octobre 2015

Lu 879 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs