Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hassan Tarek lance un appel depuis l’Oriental




“Les réformes constitutionnelles seraient inertes sans réformes politiques profondes”

Hassan Tarek lance un appel depuis l’Oriental
Conviction, principe ou position? Hassan Tarek, membre du Bureau politique de l’USFP, est ferme sur la question : «Le parti n’est pas prêt à participer à des élections sous la tutelle des gouverneurs et des walis nommés par le PAM». Ainsi, le membre du Bureau politique a précisé «la nécessité d’entamer une réforme globale qui assure une parfaite symbiose entre ce qui est constitutionnel et politique. Et ce, en octroyant davantage de mécanismes techniques et juridiques pour protéger les urnes de toute atteinte», affirme-t-il. Pour lui, «les réformes constitutionnelles seraient inertes sans accompagnements et en l’absence de réformes politiques profondes concernant les élections et la loi sur les partis politiques. Ce qui permettrait de mettre un terme à l’influence de l’Etat sur le champ politique par le biais des méthodes dépassées». D’où l’importance d’entamer une réforme globale afin de créer un champ politique sain dans son ensemble sans la moindre contradiction et bien évidemment sans contrainte d’application. L’intervention de Hassan Tarek, lors d’une rencontre organisée récemment par la section du parti à l’Oriental sur la question des réformes politiques et constitutionnelles, peut constituer une valeur ajoutée. L’enjeu est de taille : la conjoncture nous impose des réformes profondes et adéquates aux attentes des citoyens et de la région.
Dans ce sens, il s’est félicité que le parti ait été le pionnier dans la question des réformes. «L’USFP a même fait objet de plusieurs critiques quand il avait adressé un mémorandum sur la question au Souverain. Un événement qui avait défrayé la chronique en mai 2009. Il a été de même quand le 8ème Congrès du parti avait appelé à une monarchie parlementaire», poursuit-il. Ce qui montre que l’USFP est au-devant de la scène. Le parti poursuit ainsi sa lutte historique pour réussir le processus démocratique dans le pays. Un devoir historique que le parti a accompli avec un courage et un militantisme exemplaires depuis des décennies. Ce même devoir l’oblige à poursuivre son action en préservant les réformes actuelles de toutes les déviations qui puissent entraver leur bon déroulement. D’où les interrogations de Hassan Tarek : «Est-ce que les partis politiques pourront réviser la version finale de la Constitution qui sera soumise au référendum? Les deux commissions ad hoc soumettront-elles leurs conclusions au débat public?».
Dans ce sens, il a souligné que «nous voulons une Constitution unique écrite qui régit l’action de tous les pouvoirs et de toutes les institutions de sorte à ce qu’aucune institution ne puisse violer ses dispositions».
Concernant la proposition du parti relative à l’article 19, Hassan Tarek a précisé que l’USFP s’est basé sur ses expériences avec les interprétations dudit article. Ainsi, il a rappelé les critiques auxquelles se sont exposés les militants du parti, à l’opposition en 1983 et au gouvernement de l’alternance. Dans ce cadre, il a insisté sur le fait de séparer les pouvoirs religieux et politique. D’après lui, «nous n’acceptons pas que l’autorité religieuse soit au-dessus de l’autorité politique ou qu’elle ait davantage d’espace de manœuvre dans le champ politique». C’est pourquoi, «nous voulons qu’il y ait une séparation méthodologique entre la Commanderie des croyants qui permet, d’une part, au Roi de légiférer, selon l’article 19, par le biais des Dahirs en tout ce qui concerne le champ religieux, et, d’autre part, d’exercer ses prérogatives, en tant que monarque constitutionnel du pays et en tant que chef de l’Etat conformément aux autres articles de la Constitution», déclare-t-il.
Et pour conclure, le membre du Bureau politique a rappelé que «personne n’a le droit, dans le champ politique, d’utiliser le sacré dans le discours public… Les Oulémas ont certes un rôle primordial, mais n’ont aucun droit d’intervenir dans un débat constitutionnel public ni de lui fixer un seuil comme ils ne peuvent devenir des acteurs politiques».

R.A
Mercredi 6 Avril 2011

Lu 208 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs