Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Harcèlement des syndicalistes et du personnel




Le mouvement de contestation se poursuit à l’ONDA

Harcèlement des syndicalistes et du personnel
Le bras de fer entre le personnel et la direction de l’ONDA continue. Et pour cause : certains syndicalistes ont reçu des menaces pour les intimider et les dissuader de poursuivre leur mouvement de protestation. D’après des sources internes, des directeurs régionaux de l’Office ont fermement transmis au personnel le mécontentement de l’administration contre leur participation aux deux derniers sit-in observés dans différents aéroports. Un directeur local à l’aéroport Mohammed V aurait même, d’après nos sources, menacé le personnel qui, selon lui, a été filmé lors du dernier sit-in de vendredi 2 avril. Ce qui a exacerbé la tension entre les deux parties. Les syndicalistes refusent ce type de harcèlement et sont déterminés à aller jusqu’au bout. Ils comptent poursuivre leur série de sit-in chaque vendredi comme cela a été convenu lors de leur réunion du mois dernier suite à l’échec des négociations avec l’administration. Affiliés à la FDT, les syndicalistes envisagent de hausser le ton si l’administration poursuit ses pressions directes et indirectes sur le personnel et les syndicalistes. Des pressions qui, d’après l’un des militants FDT, ne feront que motiver les grévistes à poursuivre leur lutte. Celui-ci nous a déclaré que les dernières menaces de l’administration ont multiplié le nombre de manifestants qui sont résolus à observer en masse le sit-in du vendredi prochain.
Rappelons que le personnel dénonce entre autres, «la mauvaise gestion de l’Office, le copinage, le favoritisme et les harcèlements, l’absence de toute visibilité concernant le plan de carrière, l’absence de motivation et des avantages sociaux, l’instabilité socio-professionnelle au sein des différents départements, notamment ceux des ressources humaines, du marketing et de la communication», résume un syndicaliste. Des dysfonctionnements qui ne favorisent pas le bon rendement du personnel démotivé sur tous les plans. D’après les syndicalistes, «les salaires n’ont pas été révisés depuis bien longtemps. Les promotions internes se font de plus en plus rares sauf pour quelques privilégiés qui chapeautent des services avec un comportement indigne envers les subordonnés qui font leur travail sans le moindre remerciement de leur part. Les formations continues semblent abolies avec le temps. Les frais de déplacements varient d’un personnel à un autre sans le respect du barème en vigueur. Les recrutements ayant fait objet d’une enquête judiciaire à l’époque de l’ancien directeur se font presque de la même manière avec l’actuel management. L’attribution des responsabilités et des missions se font par sympathie et non pas par compétence. «La liste des points noirs soulevés par les syndicalistes est longue. «Mais l’administration refuse d’ouvrir un dialogue responsable en vue de trouver des solutions à ces problèmes. C’est pourquoi nous allons poursuivre notre lutte malgré les manœuvres de l’administration. D’autant que tout le personnel est mobilisé dans ce sens», affirme un responsable syndical.
Il est à noter que le bureau syndical s’est mobilisé auparavant pour transmettre les revendications du personnel à l’administration. D’où la réunion entre le bureau syndical à laquelle ont participé également les représentants du bureau syndical des techniciens d’électricité et de la maintenance et le directeur général de l’Office du 22 février dernier. Cette rencontre qualifiée de fiasco par les syndicalistes s’est soldée par des promesses qui n’ont jamais vu le jour. Et pourtant le directeur général avait promis, selon un communiqué des syndicalistes, la résolution de la situation du personnel, à savoir «la révision des salaires, l’amélioration des conditions de travail, l’application d’une réelle politique de gestion des ressources humaines basée sur des critères professionnels en encourageant les compétences, le remboursement des heures supplémentaires, la formation continue, la promotion interne sur la base de critères professionnels et du rendement des candidats aux postes de responsabilité, etc», précise le communiqué de la FDT.
Au moment où nous mettions sous presse, les responsables de l’ONDA sont restés aux abonnés absents. Certains, notamment les différents responsables du service de la communication et du marketing, étaient en réunion depuis deux jours. Ce qui nous empêche de présenter la version de l’administration dans cette crise interne qui ne tardera pas à éclater. D’après des sources concordantes, une enquête aurait été diligentée, à un haut niveau, pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette crise qui ternit l’image de l’Office. Surtout que les manifestations du personnel aux différents aéroports s’ajoutent à la politique de communication de l’Office souvent pointée du doigt. «Les modestes participations aux différentes compétitions sportives et aux manifestations à l’échelle nationale, au cours desquelles les responsables de l’Office se pressent sur les podiums pour marquer leur présence aux côtés des célébrités, ne suffisent pas pour véhiculer l’image tant attendue de cette entité au cœur de la stratégie touristique et économique du pays», conclut un syndicaliste averti.

Rida ADDAM
Mercredi 6 Avril 2011

Lu 650 fois


1.Posté par sebaa le 07/04/2011 21:15
Office el haba'ib ; c'est ce nom que porte cet office depuis sa création .regarder seulement les noms de famille de certains chanceux : c'est toujours les memes noms qui reviennent et il sont souvent dispersés à travers les aéroports du royaume . Ce n'est ni la competence ni l'acces par concours qui compte mais .....

2.Posté par onda habaib le 07/04/2011 21:42
de plus les noms cités par notre collégue bénéficient méme de plus d' avantage comme
les primes de performance et gratification supérieur aux autres personnels; les
déplacements fictifs; l'utilisation abusifs des voitures de service méme qu'ils ont l'indémnité
de transport.
enfin le Directeur Général doit se débarasser des clous de table qui sont liés à benallou
pour qu'il travaille en coordination avec le personnel ni syndicat ni association seulement
les jeunes.
onda égale baltajia et corruption de l'argent

3.Posté par new le 08/04/2011 22:59
C'est la méme maniere par tout les directeurs de l'onda ;sont des antiquités come des patrons des fermes ils ne sont pas civilisés come ils parlent de la charte éthique ni niveau ni participation au dévlopement seulement comme des gardiens; ils sont vengencés pour cacher leur incompétance

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs