Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Halte à la mauvaise alimentation

L’obésité gagne de plus en plus du terrain




Halte à la mauvaise alimentation
Triste constat. Obèses, les Marocains ont-ils tendance à le devenir ? Ne vont-ils pas concurrencer les pays développés ? En  tout cas, c’est ce qui ressort du dernier rapport des Nations unies publié récemment. Il en ressort ainsi que 17,3% de Marocains sont obèses. Seule consolation, c’est que le Royaume tire malgré tout son épingle du jeu par rapport aux autres pays arabes. En effet, il vient loin après l’Egypte (34,6%) qui occupe le 3ème rang sur le podium des plus obèses du monde derrière les Etats-Unis et le Mexique. La Libye compte pour sa part 30,8% de personnes obèses parmi sa population alors que 23,8% de Tunisiens connaissent le même calvaire. Les habitudes alimentaires et la sédentarité y sont pour beaucoup· Plutôt qu'un régime draconien, un changement de comportement est vivement recommandé.
Et pour cause. D’après le rapport "L’état de la nourriture et de l’agriculture", l’obésité dans les pays émergents, dont le Maroc, est le fruit d’une ouverture des pays à l’économie globale et l’abandon de la nourriture traditionnelle. La présence de plus en plus grande de chaînes de restauration rapide et la consommation excessive de "malbouffe", nourriture riche en matières grasses et sucre, sont la cause principale de l’augmentation de l’obésité dans ces pays. Mais paradoxalement, indique encore le rapport, des problèmes de malnutrition subsistent. Au Maroc, près d’un tiers des enfants souffre d’anémie (manque de fer), 40,4% a une déficience en vitamine A, et l’iode, oligo-élément essentiel à la croissance, est faible chez 63% des enfants. Concernant toujours le Maroc, les conclusions du rapport susmentionné rejoignent celles de l’enquête nationale de l’anthropométrie réalisée par le Haut commissariat au plan (HCP) en 2011 et qui indiquent  également que l’obésité touche 17,9% de la population, soit près d’un Marocain sur trois. Et de préciser que c’est un mal au féminin, puisqu’elle estime à 26,8% le nombre de femmes obèses dans le pays, pour 9% d’hommes.
Ce qui n’augure rien de bon puisque le pays se retrouve sur une mauvaise pente. L’obésité est de plus en plus assimilée à une maladie chronique qu’il faut prendre au sérieux. Et pour cause, la surcharge pondérale et l’obésité peuvent avoir de graves corollaires comme le diabète, l’hypertension artérielle ou les accidents cardiovasculaires cérébraux. Ce qui pèse lourdement sur le système de santé publique. En effet, ces pathologies coûtent cher. Alors mieux vaut prévenir que guérir. Et tout passe par notre alimentation «Gare au contenu de vos assiettes», c’est la mise en garde que ne cessent de lancer les nutritionnistes. Pour une bonne hygiène alimentaire, rien de tel qu’une alimentation pauvre en graisses et en sucre et riche en fibres, expliquent-ils. Une manière de remettre au goût du jour nos succulents tajines aux légumes arrosés d’un filet d’huile d’olive.

Nezha Mounir
Mardi 23 Juillet 2013

Lu 818 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs