Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hakam Hmiddouch: Implantation prochaine d’un amphithéâtre de haute technologie à Marrakech




Hakam Hmiddouch: Implantation prochaine d’un amphithéâtre de haute technologie à Marrakech
Le marché touristique 
national a besoin d’un amphithéâtre 
de haute technologie pour encourager 
le tourisme artistique 
et présenter 
une meilleure 
infrastructure 
théâtrale aux artistes du monde.Hakam 
Hmiddouch, 
président-directeur 
général de l’entreprise initiatrice du projet 
«Amphithéâtre 
au Maroc», à savoir MABI Groupe Inc, compte ainsi 
contribuer aux efforts 
de développement 
de son pays natal. 
Il vise, à travers cette 
initiative, à exporter 
l’expertise et le 
savoir-faire canadien vers le  Royaume 
et d’en assurer 
la pérennité. 
 
Libé: Le 17 septembre dernier, un accord de principe a été conclu entre David Smith Architecte, le centre Bell de Montréal et votre entreprise MABI Canada Groupe Inc. Objectif : l’implantation d’un amphithéâtre de haute technologie au Maroc. D’où vient cette idée?
 
 Hakam Hmiddouch: Tout d’abord, ce projet est une initiative d’investissement dans le cadre des relations d’exception entre le Maroc et le Canada. En effet, l’idée d’implanter un amphithéâtre de haute technologie au Maroc n’est pas due au hasard.  Elle s’inspire d’une grande réflexion sur la demande du marché touristique marocain qui a besoin d’un tel projet pour encourager le tourisme artistique et présenter une meilleure infrastructure théâtrale aux artistes du monde en matière de qualité et de capacité du fait que notre pays n’a pas de grands théâtres de ce genre pour accueillir des artistes de renommée internationale. De plus, nous voulons, par ce projet, profiter du savoir-faire canadien dans l’évènementiel et l’adapter au contexte marocain. 
 
On a hérité entre Casablanca, Rabat et Marrakech. Aujourd’hui, votre entreprise a tranché pour Marrakech. Pourquoi particulièrement cette ville?
 
On a tranché pour Marrakech après avoir réalisé une grande étude sur les impacts socioéconomiques de ce projet sur le Maroc en général, et ces trois villes en particulier. On a conclu que Marrakech sera le meilleur choix d’autant qu’elle est la première ville touristique du Royaume, d’une part et l’absence de ce genre d’aménagement dans cette ville, d’autre part. Au contraire des deux autres villes où l’Etat marocain a prévu l’instauration d’un grand stade de dernière génération à Casablanca ainsi que la présence du Théâtre national Mohammed V à Rabat. Notre projet va créer une concurrence s’il est implanté dans ces deux villes.
 
Quelles seront les retombées économiques de ce projet?
 
Selon nos études, les retombées économiques à terme de cet investissement seront énormes en commençant par la création immédiate de 750 à 1200 postes d’emplois et une chaîne économique sous-jacente équivalente à 1% du PIB marocain générant ainsi plus que 60000 emplois selon les études du Haut-commissariat au plan. Outre cela, ce projet attirera, en cas d’organisation de spectacles de grandes stars du showbiz mondial, une clientèle touristique nouvelle estimée à terme à 750.000 provenant des marchés marocains classiques mais aussi du marché nord-américain. Nous projetons d’organiser des voyages spécifiques pour ce genre de clientèle, ce qui va répondre particulièrement à la Vision 2020 : placer le Maroc parmi les 20 grandes destinations touristiques mondiales.
 
Le 3 février dernier, l’ambassade du Maroc à Ottawa a organisé un Forum économique de haut niveau sur le tourisme au Maroc au siège de l’OACI à Montréal  en présence des ministres de Tourisme marocain et québécois dans lequel vous avez-vous présenté le projet en tant que président et CEO de MABI Canada. Est-ce que vous avez senti l’intérêt des autorités marocaines pour ce projet?
 
En effet, on a senti le soutien de Mme Nouzha Chekrouni, ambassadrice du Maroc à Ottawa, dès la naissance de cette idée. Nous avons organisé une visite au Centre Bell de Montréal en sa présence et de celle de Mme la consule générale du Maroc à Montréal. Par la suite, nous avons présenté le projet au ministre du Tourisme marocain, Lahcen Haddad, lors de sa visite au Canada. Nous avons établi les procédures administratives, et nous signerons un protocole officiel avec le ministère dans les prochaines semaines. Enfin, nous souhaitons l’appui des autres autorités marocaines pour ce projet. Un appui qui démontrera aux investisseurs canadiens que le Maroc est une excellente plate-forme pour l’investissement étranger.
 
Est-ce que votre groupe prévoit un autre projet de développement pour le Maroc?
 
En fait, on prévoit un projet hydroCore qui sera réalisé avec nos partenaires d’Hydro Québec dans lequel nous voulons injecter une somme de 1 G$. Lequel projet sera concentré sur le transport des énergies et des énergies renouvelables.
 

Propos recueillis par Hamza Saqri
Samedi 31 Mai 2014

Lu 1270 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs