Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Habitat insalubre à Casablanca : Les mal logés voient rouge




Habitat insalubre à Casablanca : Les mal logés voient rouge
Le comité de suivi du dossier de l’habitat à Casablanca (CSDHC) hausse le ton. Il vient d’appeler à l’organisation d’une caravane des victimes de la politique de l’habitat, le 18 mai vers Rabat, accompagnée d’un sit-in devant le Parlement à midi le même jour, et ce en signe de protestation contre l’indifférence des autorités publiques et le retard enregistré au niveau du traitement de ce dossier.
Pour Moustafa Mhinina, membre du CSDHC, le dossier de l’habitat de Casablanca est en stand-by depuis près de trois mois et aucune avancée n’a été constatée. « Les jugements d’expulsion se poursuivent et les opérations de relogement sont en attente », nous a-t-il expliqué
De son côté, Mohamed Abou Nasser, coordinateur du CSDHC, a indiqué que les autorités locales, les responsables d’Al Omrane, de la Sonadac, de la délégation du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et de la commune urbaine ont refusé tout dialogue sérieux et ils se renvoient la balle car ce dossier est, selon lui, truffé d’infractions et d’abus.
« L’ensemble des dossiers n’a pas bougé d’un iota.  A preuve, l’opération de relogement des habitants de Douar Skouila qui tarde à démarrer, les maisons de la vieille ville menacent ruine et continuent de s’écrouler sur leurs occupants et les expulsions injustes des locataires des casernes militaires se poursuivent », nous a-t-il précisé.   
Et qu’en est-il des  propos rassurants donnés il y a près de trois mois par les autorités locales sur une éventuelle issue à ce dossier ? M. Mhinina ne mâche pas ses mots : « Ce ne sont que des promesses pour calmer les esprits échauffés mais rien de concret n’a été réalisé », s’est-il désolé
Les membres du CSDHC estiment que les autorités chargées du dossier sont dans l’embarras et évitent de trancher dans ce dossier. « Aucune partie ne veut assumer ses responsabilités. Même le wali du Grand Casablanca a refusé jusqu’à ce jour de nous recevoir. Il estime que la solution du problème relève des gouverneurs des préfectures des arrondissements concernés et non pas directement de lui.
Pour lui, une solution globale au niveau de toute la région de Casablanca est impossible vu la complexité du dossier », a noté M. Mhinina.
Un point de vue fortement critiqué par les membres du  CSDHC qui pensent qu’il faut trouver une issue gloable à ce dossier et s’interrogent sur le sort du programme de résorption de l’habitat insalubre dans la capitale économique, lancé il y a quatre ans par Taoufiq Hjira, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme.
En effet, le département de Hjira a lancé en grande pompe en 2007 un programme d’un coût de 8 milliards de dirhams auquel l’Etat a contribué à hauteur de 3 milliards de dirhams, pour éradiquer les 480 bidonvilles de Casablanca abritant quelque 100.000 ménages à l’horizon 2012.
Pourtant, quatre ans après,  la ville de Casablanca représente  encore 36% de l’ensemble des bidonvilles du Royaume et les 98.319 familles qui ont été recensées dans le Grand Casablanca peinent encore à être  relogées.

Hassan Bentaleb
Mardi 17 Mai 2011

Lu 599 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs