Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Habib El Malki au Conseil régional de Béni Mellal organisé sous le thème “ Ensemble pour relever les enjeux de 2016”

Alger qui s’obstine à jouer avec le feu doit comprendre que le Maroc est dans son Sahara




Le président de la Commission administrative de l’USFP, Habib El Malki, a présidé dimanche les travaux de la rencontre régionale organisée par le secrétariat régional de la région Béni Mellak-Khénifra sous le thème «Ensemble pour relever les enjeux de 2016 à Béni Mellal».
A l’entame de cette rencontre, le président de la Commission administrative a tenu à mettre en exergue les potentialités humaines, naturelles, agricoles  et matérielles dont regorge cette région à même d’en faire un pôle attractif  pour les investisseurs et une locomotive pour l’édification du Maroc des régions.
Evoquant les conditions particulières que connait le Maroc après la Marche populaire  organisée à Rabat et à laquelle ont pris part quelque 3 millions de Marocains pour crier haut et fort leur indignation et mécontentement contre les propos  provocateurs et irresponsables tenus par le secrétaire général de l’ONU à propos du Sahara marocain, Habib El Malki s’est interrogé sur l’identité de ceux qui se cachent derrière  ces déclarations et leurs objectifs   à la suite de la visite  de Ban Ki-moon aux camps de Tindouf et particulièrement à la zone tampon.
Dans ce cadre,  il a confirmé  l’existence d’un plan visant le Maroc et qui a été enclenché,  depuis des mois, par  la démarche du gouvernement suédois visant la  reconnaissance de la fantomatique Rasd.  Une initiative qui a poussé le Maroc à  prendre de nombreuses mesures  politiques, diplomatiques et économiques pour contraindre la Suède à revoir sa position. Outre la décision de la Cour européenne de justice en décembre 2015  suspendant l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne, ce qui a poussé le Maroc  à  geler tout contact avec les institutions européennes, a-t-il fait savoir.  
Le président de la Commission administrative s’est interrogé également sur le rôle  joué par l’Algérie qui s’immisce dans ce conflit artificiel  et continue à manifester son hostilité à l’égard du Maroc. Et de poursuivre qu’Alger joue avec le feu, n’hésitant  pas à créer un climat de tension en vue de détourner l’attention des citoyens algériens sur  les dérapages  du régime politique  et la crise sociale explosive  que connaît le pays.  Dans ce contexte, Habib El Malki, a tenu à rappeler  la réunion du Comité central de l’USFP organisée en 1976 à Béni Mellal sous la présidence de feu Abderrahim Bouabid  au cours de laquelle il avait déclaré que l’avenir du Maroc se trouve dans le Sahara, et ce à la suite d’une évaluation perspicace et de l’avis clairvoyant  des combattants  et membres de l’armée de libération, fins connaisseurs de du Sahara et de la situation, qui ont consenti d’énormes sacrifices pour l’indépendance.
Depuis,  la ville de Béni Mellal a vécu la première réconciliation entre l’Etat et la société, puisque le parti, convaincu que le renforcement  de l’unité nationale ne peut avoir lieu qu’à travers  l’édification démocratique,  avait décidé d’adhérer au nouveau processus électoral, a-t-il fait savoir.  Il s’est avéré 40 ans après que la décision de l’USFP est sage et historique qui a jeté les jalons d’une nouvelle relation dialectique entre   l’unité nationale et la démocratie en tant que choix stratégique.
Au cours de cette rencontre, Habib El Malki a également fait un tour d’horizon, en évoquant d’importantes questions notamment le mémorandum  sur les élections législatives adressé par le parti  à toutes les instances politiques et à la majorité gouvernementale pour un dialogue national. Ledit mémorandum appelle également à la suppression du seuil lié au nombre de voix obtenues en vue de rationaliser le champ politique, à revoir la représentativité féminine et celle de la communauté marocaine résidant à l’étranger au sein de la Chambre des représentants.
Enfin, le président de la Commission administrative n’a pas manqué, dans ce cadre, de soulever la question du recours à l’argent sale lors des élections, l’exploitation de la religion à des fins politiciennes, entre autres pratiques malsaines.

L.B
Vendredi 25 Mars 2016

Lu 1513 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs