Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Habib El Malki à l’ouverture des travaux de l’Union parlementaire arabe

Notre aspiration va vers une nouvelle prise de conscience basée sur la consolidation de l’immunité de la Nation arabe et sur la garantie de sa sécurité, de sa stabilité et de son unité




Comment se porte le monde arabe ? Quelle dynamique traverse-t-il ? Comment ses Etats vivent-ils  aujourd’hui  face aux défis relatifs au terrorisme, au développement et  à la consolidation de l’Etat de droit ? Selon quels moyens et avec quelle stratégie ? Quel rôle les parlements arabes  jouent-ils dans cette dynamique ? Comment s’impliquent-ils dans la défense des causes communes du monde arabe et quel en est le résultat ? C’est pour répondre à ces questions et à tant d’autres que des parlementaires arabes, réunis dans le cadre de 24ème Congrès de l’Union des parlements arabes se sont donné rendez-vous à Rabat pour débattre et échanger leurs points de vue concernant la situation du monde arabe et les perspectives d’avenir.
Pour Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, le monde arabe n’arrive toujours pas à exploiter ses richesses et ses ressources pour amorcer son développement économique et dépasser  sa régression culturelle. « Le monde arabe dispose de 50% des réserves mondiales de pétrole et 30% de gaz naturel, de 30.000 km de côtes et 16.000 km de fleuves, d’un marché de 370 millions d’habitants  et 130 millions d’habitants comme main-d’œuvre sans parler de ses richesses minières et sa position stratégique », a-t-il indiqué dans le discours qu’il a prononcé à l’ouverture des travaux. Et de poursuivre : « Pourtant, et malgré ses richesses, le monde arabe enregistre un taux d’analphabétisme de 20% et le fossé technologique qui   le sépare des pays développés est de plus en plus important».  
A ce triste tableau,  l’intervenant a indiqué que le monde arabe demeure toujours victime des conflits régionaux et de menaces terroristes sans oublier de souligner l’impact négative du Printemps arabe sur certains pays.   « Ce Printemps a vite pris une direction catastrophique et ses impacts se sont révélés désastreux en permettant à certaines forces étrangères de mettre la main sur les richesses de plusieurs pays arabes et de menacer la stabilité d’autres comme le Maroc qui a constitué un exemple dans la région ».
Le terrorisme a été également pointé du doigt par Habib El Malki qui estime que ce phénomène est devenu omniprésent et qu’il encourage certaines dérives propagées dans l’espace politique, culturel et médiatique. Face à cet état des lieux, le président de la Chambre des représentants pense qu’il est temps de dépasser les courtoisies et les bonnes manières entre les pays arabes et d’affronter leurs problèmes et défis. A ce propos, il estime que les parlements arabes peuvent jouer un rôle important dans la consolidation et le soutien des efforts menés.   « Notre responsabilité exige qu’on appelle les choses par leur nom et il est de notre devoir moral de nous arrêter pour diagnostiquer et analyser la situation   sans détours et avec une conscience collective », a-t-il déclaré.   
« Notre aspiration, a-t-il ajoué, va vers une nouvelle prise de conscience basée sur la consolidation de l’immunité de la Nation arabe et sur la garantie de sa sécurité, de sa stabilité et de son unité ».
Une évaluation que partage Hakim Benchemass, président de la Chambre des conseillers, qui a estimé que le monde arabe va mal, très mal même : terrorisme, crimes organisés, traite humaine, décrépitude de l’Etat-nation et la liste est longue. Une situation des plus délicates puisqu’une crise structurelle handicape les efforts communs des pays arabes pour dépasser cet état de chaos.  « On ne peut rester les bras croisés face à cette réalité et ce n’est pas notre destin  de supporter un tel état de choses», a-t-il souligné. Dans ce sens, il a estimé que l’Union des parlements arabes peut jouer un rôle primordial en se transformant en levier et en outil à même de réfléchir et d’inventer de nouvelles idées et stratégies.  Une mission qui se révèle délicate, selon le président de l’OPA. Nabih Berri dont le discours a été lu par Miche Mousse en pointant du doigt certains déficits qui  handicapent le travail de cette instance.  Selon lui, l’OPA souffre de la concurrence des parlements locaux qui lui disputent ses prérogatives et ses missions. Ceci d’autant plus que les parlementaires de l’UPA ne bénéficient pas de la même légitimité électorale et que leurs prérogatives ne sont pas bien encadrées et précises. A ce propos, il a appelé à la suspension des travaux de l’OPA jusqu’à la clarification de ses rôles et marges de manœuvre.

Concertations interparlementaires à Rabat

Une réunion de concertations des présidents des Parlements, des conseils et des délégations arabes, s’est tenue dimanche soir à Rabat, à la veille de la 24ème conférence de l’Union parlementaire arabe (UPA).
Cette session, qui porte sur l'examen de thématiques et de questions d'actualité intéressant le monde arabe, vise à consolider l’action arabe commune et la coordination entre les Parlements des pays arabes.
Elle sera également marquée par l’élection d’un nouveau président de l'Union parlementaire arabe et l’élaboration du plan d’action de l'Union pour l’année en cours.
Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, en marge de cette réunion de concertations, que la tenue de cette réunion est une occasion de donner la parole aux peuples arabes, estimant qu'elle se tient dans une conjoncture particulière.
Il a également exprimé le souhait que cette rencontre soit un cadre d’activation de l’Union parlementaire arabe pour en faire un organisme reflétant la volonté des peuples arabes, en vue de dépasser les conditions difficiles que traverse le monde arabe.
Le réalisme et l’objectivité des députés de la nation arabe vont permettre d’ouvrir de nouvelles perspectives et d’essayer de retrouver les valeurs qui ont fait du monde arabe un acteur essentiel et une force ayant un impact dans la prise de décisions sur les plans régional et international.
De son côté, le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, a indiqué, dans une déclaration similaire, que cette conférence s’organise dans une conjoncture régionale et internationale très complexe, compte tenu de l’existence de plusieurs défis qui guettent les pays arabes, insistant sur l’impératif de revoir la méthodologie de travail de l’Union parlementaire arabe.
L’ordre du jour de cette rencontre, a-t-il ajouté, comprend plusieurs thématiques liées à la situation actuelle arabe, dans une conjoncture internationale complexe.
Pour sa part, le secrétaire général de l’Union parlementaire arabe, Fayez Chawabka, a exprimé le souhait que la conférence aboutisse à des recommandations fructueuses, estimant que cette rencontre sera couronnée de succès.

Hassan Bentaleb
Mardi 21 Mars 2017

Lu 1167 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito








www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs





Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma