Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Habib El Malki : Le discours Royal n’a pas parlé d’échec du secteur mais plutôt d’une détérioration de la situation de l’enseignement

«La responsabilité gouvernementale doit se traduire par la recherche de meilleures modalités de mise en œuvre de la Charte pour l’éducation et la formation»




Habib El Malki : Le discours Royal n’a pas parlé d’échec du secteur mais plutôt d’une détérioration de la situation de l’enseignement
«Le discours Royal à l’occasion du 20 août n’a pas parlé d’échec du secteur de l’enseignement mais plutôt d’une détérioration de la situation de l’enseignement dans notre pays. » il précise, en outre que le discours Royal vient d’instaurer un nouveau style de communication avec le peuple et l’opinion publique nationale, car il a choisi de révéler la vérité, toute la vérité. C’est un tournant dans la pratique des politiques publiques dans l’avenir. Il est vrai que notre système éducatif a connu plusieurs réformes ces dernières décennies, tels la Charte de l’éducation et de la formation ou encore le Plan d’Urgence, cependant, les résultats tardent à voir le jour et la réforme a du mal à s’installer. Les objectifs ne sont que partiellement atteints et les statistiques stagnent à ce niveau. En effet, ces données montrent que la généralisation de l'éducation obligatoire, le maintien des apprenants dans le système et la réduction des déperditions ainsi que l’amélioration de la qualité de l'enseignement et l'ouverture du système éducatif sur la vie active sont des objectifs qui n’ont pas été atteints alors que la Charte aborde sa 13ème année.
 « Les causes profondes de cette situation où la réforme ne donne pas les résultats escomptés sont le caractère traditionnel de la société et les comportements qui s’ensuivent. On n’arrive pas à distinguer la différence entre le temps politique et le temps de la réforme», explique Habib El Malki. Et d’ajouter qu’une société qui n’accumule pas, multiplie les handicaps pour la réforme, progresse lentement et ne peut avancer à un rythme accéléré. Pour l’ancien ministre de l’Education nationale, le temps politique est par définition plus court alors que le temps de la réforme s’inscrit dans la durée. A titre d’exemple, le président de la Commission administrative de l’USFP évoque la Charte nationale pour l’éducation et la formation qui est un cadre de réformes  définissant les grandes orientations de notre système éducatif, les principes et les moyens à mettre en œuvre pour une évolution de notre enseignement. « Cette base consensuelle a pour la première fois été dotée d’une vision stratégique au-delà de vicissitudes liées à la conjoncture politique. Autrement dit, la responsabilité gouvernementale doit se traduire par la recherche de meilleures modalités de mise en œuvre de cette Charte. Toute tentative qui dépasse ce cadre est une remise en cause du consensus national, » a-t-il souligné.  Habib El Malki estime qu’il est  urgent de procéder à une évaluation objective de cette expérience afin d’esquisser les perspectives d’avenir. Pour lui, il s’agit de projets prioritaires pour sortir de la crise.
« Il est indispensable d’aborder la question de l’éducation à travers une implication de tous les acteurs concernés car sans adhésion très large, les résultats demeurent très limités. Cette question dépasse de loin le cadre strictement sectoriel », a recommandé l’ancien ministre de l’Education nationale. Par ailleurs, Habib El Malki relève deux priorités globales et essentielles pour amorcer la réforme. La première consiste à trancher la question des langues sur une base réaliste et audacieuse par le biais d’une politique très claire dans ce domaine dont le socle devrait être le bilinguisme avec une ouverture sur les autres langues et les autres cultures. « La langue arabe ne peut respirer, se renforcer qu’en se frottant en permanence à l’enseignement des langues étrangères. D’autant plus que  nous vivons dans une conjoncture marquée par la mondialisation porteuse d’une identité plurielle. Tout immobilisme dans ce sens ne peut qu’aggraver la régression qui caractérise notre système éducatif »,  a-t-il soutenu. Et de conclure lors du journal télévisée de la chaîne Medi1 Sat sur la deuxième priorité non moins importante, à savoir la réhabilitation du métier d’enseignant qui a beaucoup perdu de son aura.

Kamal Mountassir
Samedi 31 Août 2013

Lu 1096 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs