Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Habib El Malki : L’intégration régionale, levier pour amortir les effets de la crise




Habib El Malki : L’intégration régionale, levier pour amortir les effets de la crise
«L’avenir du Maroc dans la région à double dimension est rigoureuse,  car elle permet d’amortir les effets de la crise externe», a déclaré Habib El Malki, président du Groupement d’études et de recherches sur la Méditerranée (GERM), jeudi dernier à Casablanca.
Lors de cette conférence organisée conjointement par le Centre de recherches LINKS et le Cercle des jeunes économistes –CJE- sous le thème“ L’avenir du Maroc face à la crise : quelle stratégie d’intégration régionale ?”, Habib El Malki a souligné d’une part, que le Maghreb est l’espoir du Maroc, tout en expliquant qu’il n’y a pas d’avenir dans notre pays si l’intégration régionale à dimension maghrébine n’est pas présente. D’autre part, que l’Union pour la Méditerranée constitue un horizon politique.  Dans le même contexte, l’intervenant a précisé que le Statut avancé du Maroc constitue une avancée politique que le Maroc atteint grâce aux multiples réalisations dans lels différents domaines : démocratie,  droits de l’Homme et  sécurité.
A propos de la crise actuelle, El Malki, a affirmé qu’elle présente un intérêt dans le sens où elle a démontré les limites de la stratégie d’action prise dans une  dimension nationale. «C’est parce qu’il y a crise qu’il faut penser Maghreb », a-t-il ajouté. Tout en précisant que cela ne signifie pas minimiser  les rapports  avec l’Union pour la Méditerranée. « Tout ce qui est national est périmé», selon El Malki puisque la mondialisation va à l’encontre des entités nationales. De ce fait, la régionalisation apparaît comme une réponse à la contrainte des marchés sur les territoires nationaux  dans un contexte de  globalisation de même que des études démontrent que la régionalisation est un vecteur de croissance.
Pour la question de la désaffection politique des jeunes, l’universitaire a affirmé que «les jeunes se sont politisés» dans une autre vision de la politique qui dépend des exigences de la vie actuelle. Ces derniers revendiquent « la politique d’une autre manière avec un discours de vérité ». Pour cela, El Malki a ajouté que  « la politique doit d’être repensée» pour mobiliser plus de jeunes et avoir plus de crédibilité. Pour conclure, il a  invité « l’élite démissionnaire de relire l’Histoire pour  tracer les grandes ligues de l’avenir du Maghreb».
Sur le plan national, l’universitaire a déclaré que « le grand danger qui menace le Maroc c’est la transformation en une plate-forme commerciale ». De ce fait, et pour assurer un développement durable du pays, il faut adopter des stratégies globales et de revoir la cohérence d’ensemble dans  notre stratégie d’intégration régionale.
Quant à Driss Khrouz, secrétaire général du Groupement d’études et de recherches sur la Méditerranée (GERM), il a affirmé que «la stratégie de développement  marocaine manque d’une  vision à long terme». De plus,  pour tous les accords conclus,  le Maroc ne dispose pas d’études scientifiques et que «nous n’avons pas un projet bien étudié» sur le plan national. A propos de nouveau plan «alternatif»  de commerce, le secrétaire général de GERM, a souligné que  le  Maroc  ne dispose pas des moyens pour la réalisation de ce projet qui est élaboré en  retard. Dans le même contexte, l’universitaire a mis en cause les dernières statistiques sur le chômage publiées par le Haut Commissariat au Plan,  qui ne reflètent pas la réalité actuelle de crise du fait qu’elles sont effectuées sur la base de données qui remontent au début de l’année 2008. Khrouz a rappelé que la balance de paiement marocaine est au rouge, et que les réserves en devises sont en baisse continue;  aussi le taux de croissance a-t-il chuté  chaque mois de 1%.  L’intervenant, qui croit toujours au Processus de Barcelone, a rappelé que le Statut avancé du Maroc, signé en octobre, manque de visibilité pour les entrepreneurs marocains. Donc, le fait de tirer plus de profit de ce statut est lié à notre capacité de négocier, car la stabilité de l’Union européenne (UE) dépend de notre sécurité, ajoutant que l’UE a besoin du Maghreb pour accéder au marché africain. Dans le même ordre d’idées, Khrouz a souligné la nécessité de développer les compétences humaines dans les domaines de l’intelligence.
Pour sa part, Mohamed Berrada, président du Centre LINKS, affirme que la crise est la conséquence de la mondialisation et que la régionalisation dans le cadre d’une stratégie bien orientée  pourra être un remède face à la mondialisation. 

Ahmed Hasnaoui
Samedi 16 Mai 2009

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs