Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Habib Benmalek, vice-président de l’Association Sala Al Moustakbal

“Tous les responsables des irrégularités commises à Salé doivent être jugés”




Habib Benmalek, vice-président de l’Association Sala Al Moustakbal
Habib Benmalek est
vice-président de l’Association Sala Al Moustakbal, association locale qui, depuis 2002, constitue une véritable force de proposition.
Benmalek est aussi
un militant des années
de plomb et du Maroc
d’aujourd’hui. Il n’a jamais regretté ses 16 ans de prison passés à Kénitra avec le groupe Serfaty.
Il continue à rêver
inlassablement d’un Maroc
meilleur tout en mettant
son énergie au service de sa ville Salé. Après
le défèrement au parquet de plusieurs
responsables communaux de cette cité pour fraude,
corruption et mauvaise gestion de la chose publique, Benmalek annonce qu’il y a encore d’autres responsables qui n’ont pas été poursuivis.
Il appelle dans cette
interview
à la revalorisation de la
gestion publique et à la transparence de la justice qui doit intervenir tout en gardant sa neutralité pour soutenir l’édification
de la démocratie.

Libé: Quelle interprétation faites-vous de la décision de mise en détention du Pjdiste Jamaâ El Moâtassim et d’autres conseillers communaux slaouis accusés de fraude, corruption et mauvaise gestion ?

Habib Benmalek : Salé a connu lors des deux dernières décennies un grand nombre de transgressions et violations touchant l’urbanisme et la gestion communale. Devant ce constat, des voix se sont élevées pour demander à ce qu’un terme soit mis à ces pratiques et traduire les responsables en justice. Or, la justice semblait indifférente et l’Etat n’a pas bougé. Dans ce cadre, il faut également souligner, entre autres violations, la transformation de plusieurs espaces verts en  institutions et constructions privées. Il faut rappeler aussi que plus des deux tiers de Salé font partie de l’habitat insalubre. Cela a fait que Salé ressemble désormais plus à la campagne qu’à une ville. Ce qui parait malheureux, c’est que les responsables de cette situation sont ceux-là mêmes qui ont porté plainte devant le tribunal aujourd’hui, sachant que leur responsabilité est flagrante.
Bien évidemment, on ne peut être que d’accord pour l’ouverture d’une enquête visant à mettre fin à cette fraude qui entache la ville depuis les élections donnant lieu à des conseils irresponsables. Or, nous revendiquons que la justice soit indépendante, non sélective et qu’elle ne serve aucun agenda politique.
Il se peut qu’on soit en désaccord avec le PJD au niveau idéologique et politique, et je peux vous dire que je n’accepterais pas le populisme de certains de ses leaders. Je suis également contre l’exploitation de la religion à des fins politiques, mais on ne peut pas permettre que la justice soit sélective et n’incrimine pas tous les responsables réels de la fraude et de la corruption.

Dressez-nous un état des lieux illustrant les violations dont vous parlez et dont la justice ne se serait pas saisie ?

Plusieurs cas de violations pourraient être relevés facilement aujourd’hui à Salé. Dans ce cadre, qui est responsable aujourd’hui de la cession de l’école forestière (unique espace vert se trouvant au milieu de la ville) qui s’est transformée en un amas de constructions moches ? La réponse est claire : La responsabilité de l’ancien conseil de la ville est inévitable.
Il faut ajouter aussi le « crime urbanistique » qui est commis actuellement sur la colline « Ounk Jmal » où des centaines de maisons sont en cours de construction illégalement pour donner lieu en fin de compte à une nouvelle agglomération d’habitats insalubres. Cette superficie donne sur le fleuve Bouregreg et reste sous la tutelle de l’Agence Bouregreg, chargée de l’aménagement des deux rives du fleuve ! Par ailleurs, des centaines d’hectares forestiers et terres collectives (Soulalyates) ont été rasés dans la région de Bouknadel et Esshoul pour permettre à de grands entrepreneurs immobiliers d’en bénéficier en vue de mettre en place des projets qui sont loin d’être sociaux. Cela se passe à l’insu de la loi et en l’absence d’une concurrence loyale.

Que signifient pour vous la poursuite judiciaire et l’incarcération de certains responsables de la gestion publique à Salé et de plusieurs ingénieurs et techniciens ?

Nous revendiquons bien évidemment l’ouverture de pareilles enquêtes judiciaires afin de faire face à la fraude qui menace la ville, mais nous demandons aussi la neutralité de la justice. Aujourd’hui, le pays est appelé à procéder à une séparation claire entre la justice et la politique. La justice ne doit pas servir une partie mais la collectivité. Il est temps de souligner aussi que la stratégie de la lutte démocratique devrait être menée d’une façon plus transparente pour mettre fin à la confusion que connaît le champ politique.
Par ailleurs, il ne faut en aucun cas confondre les problèmes liés au développement et à la démocratie et les luttes politiciennes. Cela a déjà donné de mauvais résultats à Laâyoune et pourrait avoir des conséquences néfastes dans d’autres villes si on laisse les fraudeurs  agir au-dessus de la loi.

Propos recueillis par Montassir SAKHI
Mercredi 19 Janvier 2011

Lu 1236 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs