Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

HWR met en lumière le recul du Maroc en matière de droits humains

Les droits d'expression, de réunion et d’association bafoués par l’Exécutif




Dans son « Rapport mondial 2016 » rendu public ce mercredi, Human Rights Watch a passé en revue les pratiques en matière de droits humains dans plus de 90 pays.
Concernant le bilan du Maroc en la matière, ce document précise que «2015 a été marqué par un recul dans plusieurs domaines, que les restrictions imposées aux groupes nationaux et internationaux de défense des droits humains ont été renforcées, qu’au moins deux Marocains ont passé l'année en prison pour dénonciation « calomnieuse » de la torture, et que nombreux sont ceux qui ont continué à purger de longues peines après des procès inéquitables pour des délits de nature politique ».
Il signale également que les lois prévoyant des peines de prison pour diffusion «de mauvaise foi » de « fausses informations» susceptibles, selon les autorités, de troubler l'ordre public, ou pour des propos jugés diffamatoires ont limité les droits à l'expression, la réunion et l’association pacifiques et que « les médias imprimés et en ligne indépendants … ont été confrontés à des poursuites et à du harcèlement ».
HWR indique que les autorités ont dispersé par la force certains rassemblements pacifiques et « continuent de manière arbitraire d’entraver de nombreuses associations ou de les empêcher d'obtenir une reconnaissance légale, alors même que la constitution de 2011 garantit la liberté d’association ».  Elle rappelle aussi que « le problème de la surpopulation carcérale est aggravé du fait que les tribunaux ont souvent recours à la détention provisoire des suspects dans l’attente de leur procès ».
Malgré des lois interdisant le travail des enfants de moins de 15 ans, ajoute la même source, des milliers d'enfants en-dessous de cet âge — principalement des filles — travailleraient comme domestiques. Ceci d’autant plus que les travailleurs domestiques doivent bénéficier de mesures de protection, qui incluent notamment un salaire minimum, la limitation du temps de travail, ainsi qu'un jour de repos hebdomadaire.

Vendredi 29 Janvier 2016

Lu 1328 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs