Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Guerre fratricide au sommet de l’Etat algérien

Intronisation à la tête du FLN




Guerre fratricide au sommet de l’Etat algérien
La guerre fratricide au sein du Front de libération nationale (FLN) symbolise la lutte pour le pouvoir et une fracture au sommet de l’Etat algérien, alors que le poste de président de la République est quasi-vacant depuis des mois à cause de la maladie mystérieuse d’Abdelaziz Bouteflika.
Jeudi dernier, Amar Saadani a été élu, seulement «en quinze minutes», selon le journal algérien El Watan, secrétaire général du FLN lors d’une réunion extraordinaire du Comité central du parti, succédant ainsi à Abdelaziz Belkhadem qui a été démis de ses fonctions fin janvier par ledit comité. Depuis lors, une guerre sans merci a opposé les différentes factions au sein de ce parti historique qui s’est identifié, depuis l’indépendance, à l’Etat algérien.
Appuyé par le patron du FLN, Abdelaziz Bouteflika, Amar Saadani a pu, lors de la réunion du Comité central, accéder au poste de secrétaire général du FLN. Mais les médias algériens parlent plutôt «d’intronisation» et «de cooptation» que d’élection.
 «Pour éviter toute mauvaise surprise, l’élection a eu lieu avec un seul candidat. L’urne posée face à la tribune, les enveloppes et bulletins, soigneusement disposés sur la table ne seront jamais utilisés. Rapidement, les autres prétendants furent priés de rester en dehors du jeu. Seul Mustapha Maâzouzi, qui avait annoncé fièrement sa candidature la veille, restait en lice avant qu’il ne vienne à la tribune déclarer d’une voix chevrotante son retrait au profit du «frère» Amar Saadani, pour le «bien du parti» et qu’il se dirige en larmes dans les bras du futur patron du parti», précise le quotidien El Watan. Et d’ajouter que «l’intronisation» de Saadani ne signifie pas, pour autant, la fin des rivalités au sein du FLN, car d’autres personnalités politiques, dont Abderrahmane Belayat (qui était coordinateur général du parti), s’y opposent et remettent en question la légalité de la réunion du Comité central. Abderrahmane Belayat accuse, implicitement, Abdelaziz Bouteflika d’avoir appuyé cette élection. «Moi, je suis un homme politique qui assume ses responsabilités. Je ne suis pas une girouette au service de je ne sais qui», disait-il au quotidien algérien «Le Soir d’Algérie».
L’élection de Saadani, n’est, donc, qu’un épisode de cette guerre fratricide au sein du FLN, qui deviendra, probablement, plus acharnée, à l’approche des élections présidentielles prévues en 2014, même si l’expérience a prouvé que personne ne peut accéder à la magistrature suprême sans l’aval de généraux.

Mourad Tabet
Samedi 31 Août 2013

Lu 1284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs