Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grève du personnel de la LMPE : 130 enfants en danger




Après la grève organisée les semaines passées par le personnel de la Ligue marocaine pour la protection de l’enfance, section de Laâyoune, c’est autour des fournisseurs de bloquer leurs livraisons. C’est notamment le cas du  conducteur de la citerne qui a toujours approvisionné le centre en eau, sa facture ayant atteint la bagatelle de 28.000 dirhams. Il a exprimé son regret de ne pouvoir continuer à fournir le précieux liquide si ses factures ne sont pas réglées.
En pénétrant dans les dortoirs où logent les 130 enfants de différents âges, on est écoeuré par l’odeur nauséabonde. Les bonnes femmes qui les encadrent sont épuisées à force de chercher plusieurs seaux d’eau chez les voisins, sans pouvoir répondre aux besoins des résidents.
Les installations frigorifiques, faute d’entretien, étaient hors service avant l’initiative louable de l’une des responsables qui, craignant pour la santé des enfants,  a pris sur elle d’avancer le montant de 3.000 dirhams pour payer les frais de réparation et éviter aux enfants de consommer des produits avariés.
A peine le personnel a-t-il repris le travail que la situation prend une tournure catastrophique cette fois.
Rappelons que certains membres du personnel nous  ont expliqué que leurs salaires avaient été bloqués depuis 4 mois, pour des raisons qu’ils ignorent. Au mois de février dernier, la wilaya avait dépêché des agents pour leur verser ces salaires, après une semaine de grève provoquant des malades parmi les locataires  du centre et leur évacuation d’urgence à l’hôpital régional.
Lors de la grève du mois de février, la direction de la Ligue avait publié un communiqué dénonçant ces agissements perpétrés, nous dit-on, sur instruction du wali de la région qui avait envoyé une mission d’inspection. Celle-ci avait dressé un rapport détaillé sur la situation de la section. Lequel rapport avait établi que les fonds destinés à cette section (130 internes) et qui avoisinaient les 4 millions de dirhams par mois étaient en deçà des besoins, recommandant de les porter à 6 millions de dirhams par mois.
Tant que la situation concernait uniquement le personnel, cela pouvait être supportable, mais quand il s’agit de dizaines d’enfants et de leur santé, il  n’est plus permis de tergiverser. Il est temps de résoudre, et de façon définitive, cette situation qui risque de perdurer.


A. El-Katab
Jeudi 18 Mars 2010

Lu 388 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs