Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Greffe d’organes au Maroc : Appel au développement de la recherche scientifique




Greffe d’organes au Maroc : Appel au développement de la recherche scientifique
Une pléiade de professionnels de la santé, d’Oulémas, de juristes et d’intellectuels, réunis jeudi dans le cadre d’une journée scientifique, ont appelé au développement de la recherche pluridisciplinaire en matière de greffe d’organes humains pour permettre à ce secteur de jouer pleinement son rôle dans le pays.
Au terme de cette journée sur “la greffe d’organes au Maroc entre Islam et éthique”, initiée par le CHU Hassan II de Fès à l’occasion de son premier anniversaire, les participants ont souligné la nécessité d’approfondir le dialogue avec les Oulémas (Conseil supérieur des Oulémas et ministère des Habous et des Affaires islamiques) dans l’objectif d’éclairer l’opinion publique sur un sujet d’actualité.
Les Oulémas doivent se prononcer de manière précise sur la problématique que soulève la greffe d’organes au même titre que les professionnels de la santé qui doivent travailler d’arrache-pied pour accompagner l’évolution du secteur, ont-ils estimé.
Ils ont, en outre, invité les médias et les responsables à assumer leur responsabilité dans ce débat visant à approfondir la réflexion sur un thème récurent.
Auparavant, le Pr. Raja Naji Mekkaoui a insisté sur l’obligation d’avoir le consentement préalable du donneur d’organes à greffer avant toute opération de prélèvement, ajoutant que ce consentement est toujours révocable par le donneur.
Si le donneur n’est pas en mesure de donner son avis, c’est à sa famille que revient le droit de trancher, en dépit du fait que nombre de spécialistes soutiennent que le cadavre ne lui appartient pas de droit.
C’est à Dieu, le Créateur, que revient la propriété du cadavre, a affirmé, pour sa part, le Pr. Mohamed Taouil, membre du Conseil supérieur des Oulémas.
Se référant à plusieurs doctrines, il a soutenu que ni le donneur, ni quelqu’un d’autre de sa famille n’ont le droit de faire don ou léguer des organes humains devant faire l’objet de transplantation sur une autre personne, car ils n’en sont pas les propriétaires.
Contrairement à la position de l’Imam Malik, certains Oulémas sont allés jusqu’à interdire de greffer à sa place un organe qu’une personne a perdu, a-t-il ajouté, laissant entendre que le débat est loin d’être clos sur une question touchant diverses disciplines.


MAP
Samedi 13 Février 2010

Lu 1042 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs