Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grandeur et décadence de l’école publique américaine




Après avoir secoué la conscience environnementale mondiale avec "Une vérité qui dérange", en tandem avec l'ancien vice-président américain Al Gore, Davis Guggenheim se penche sur la crise de l'école publique américaine, dans un documentaire présenté à Sundance.
"Waiting for Superman" ("En attendant Superman") est en compétition officielle au festival de cinéma indépendant, qui se tient jusqu'à dimanche à Park City, dans les montagnes de l'Utah (ouest des Etats-Unis).
Dans la même veine que pour "Une vérité qui dérange", qui a remporté deux Oscars, Davis Guggenheim tente de démontrer, graphiques et animations à l'appui, que si la situation est grave, elle n'est pas encore désespérée.
Selon ses chiffres, un élève de l'école publique coûte aujourd'hui 9.000 dollars par an, soit le double de ce qu'il coûtait en 1971, alors que sur la même période, les résultats scolaires ont stagné.
En 2020, on estime que les Etats-Unis auront besoin de pourvoir 123 millions de postes hautement qualifiés et rémunérés, mais que seuls 50 millions d'Américains auront les compétences pour les occuper.
"Les responsables politiques, les réformateurs et la presse ont beau connaître les vrais problèmes, ils ne vont pas en parler, car ils sont politiquement mortels", écrit Davis Guggenheim dans le texte qui accompagne le film. "Mais la seule façon de se confronter à cette crise, c'est de formuler à haute voix les vérités qui dérangent", ajoute-t-il.
Pour lui et la majorité des intervenants du documentaire, le problème essentiel est la gestion des professeurs -- et notamment des professeurs incompétents -- bridée par la puissance des syndicats d'enseignants.
"La question est: avons-nous le courage nécessaire, en tant que ville et en tant que pays, de prendre les décisions difficiles qui s'imposent ?", se demande dans le documentaire Michelle Rhee, responsable des écoles de Washington, qui affichent des résultats parmi les pires du pays.
Le film la montre ferraillant avec les syndicats pour tenter de contourner une loi qui protège les professeurs de tout licenciement, après dix ans de service. Une tentative qui se soldera par un échec.

AFP
Jeudi 28 Janvier 2010

Lu 169 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs