Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grande-Bretagne: plus d'une centaine de députés défient Cameron sur l'UE au Parlement




Grande-Bretagne: plus d'une centaine de députés défient Cameron sur l'UE au Parlement
Plus d'une centaine de députés ont défié mercredi soir le Premier ministre David Cameron en votant pour une motion des eurosceptiques le pressant de concrétiser sa promesse d'organiser un référendum sur l'UE, mais ce texte a finalement été rejeté comme prévu. Au total 130 députés - dont 114 élus du Parti conservateur de David Cameron - se sont prononcés pour, un chiffre beaucoup plus important qu'escompté qui accroît la pression sur le chef du gouvernement.
 Les Travaillistes (opposition) avaient annoncé qu'ils voteraient contre la motion, mais douze d'entre eux ont finalement fait le choix contraire.
 Un seul député du Parti libéral-démocrate, partenaire de la coalition gouvernementale et europhile, a rejoint le camp du "oui".
La motion, présentée par plusieurs conservateurs, déplorait l'absence, dans le programme législatif du gouvernement présenté début mai, d'un projet de loi scellant l'organisation d'un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE.
 Ce texte, qui n'avait pas de caractère contraignant, était destiné à exprimer l'impatience des eurosceptiques qui voudraient que le référendum ait lieu plus tôt ou obtenir, au moins, des garanties sur sa tenue, jugeant trop vagues les promesses du chef du gouvernement.
Celui-ci avait annoncé en janvier qu'il voulait renégocier d'abord les termes de l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE et organiser ensuite, s'il était réélu en 2015, un référendum d'ici fin 2017 sur le sujet.
Ce vote "montre que le Parti conservateur veut un référendum sur l'UE", a déclaré le député conservateur Peter Bone, un des artisans de cette rébellion.
 Le vote de mercredi soir a été maintenu en dépit des nouveaux gages donnés la veille par le Premier ministre aux eurosceptiques.
 Mardi, le Parti conservateur avait en effet publié un projet de loi confirmant la tenue d'un référendum d'ici 2017 et précisant la question posée.
Mais ce geste n'a pas suffi à calmer les eurosceptiques, ce projet de loi étant voué à l'échec à cause de l'opposition des Travaillistes mais aussi des Libéraux-démocrates.
Les eurosceptiques mènent actuellement la vie dure à David Cameron, galvanisés par des sondages montrant un désenchantement croissant des Britanniques vis-à-vis de l'UE et alarmés par la percée électorale du parti nationaliste et anti-européen Ukip.
Le Premier ministre, en visite aux Etats-Unis, n'a pas assisté au vote mercredi soir. Mais il avait assuré être "détendu" sur le sujet et n'avait donné aucune consigne de vote.
"Je ne pense pas que l'on puisse vraiment tirer une conclusion" du résultat de cette consultation en l'absence de consigne de vote, a-t-il fait valoir.

AFP
Vendredi 17 Mai 2013

Lu 111 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs