Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gouvernement Benkirane II : Signes extérieurs d’une reprise en main

La nouvelle coalition pourrait être formée avant l’ouverture du Parlement




Gouvernement Benkirane II : Signes extérieurs d’une reprise en main
La cadence s’accélère. Depuis 48 heures, le rythme n’est en tout cas plus le même.  Cette figure de la majorité le sent pour la première fois depuis trois mois, confie-t-elle : il y a une réelle accélération dans la formation du gouvernement Benkirane II. « Les choses se précisent, la machine se décoince. Il y a une volonté manifeste que tout cela aboutisse », révèle cette source proche des négociations.
Selon nos informations, il n’y aura pas de réunion de la majorité. Nabil Benabdallah, Mohand Laenser et Salaheddine Mezouar ne se réuniront pas autour du chef de gouvernement et de la majorité, Abdelilah Benkirane.  En quête d’une nouvelle coalition depuis de (trop) longues semaines, Benkirane a privilégié les rencontres «be to be», rencontrant séparément les trois autres partis qui formeront sa majorité, c'est-à-dire le Rassemblement national des indépendants en plus des deux alliés, rescapés du gouvernement sortant, le PPS et le MP.
Selon une source bien informée et qui a requis l’anonymat, il y aurait depuis lundi 7 octobre, une sorte de navette entre le Premier ministre et le Palais. Des va-et-vient, propositions et réajustements à l’appui, qui démontrent que le rythme a été imposé. Fini les négociations en dilettante et les contacts qui se faisaient au gré du bon vouloir d’un chef de gouvernement visiblement pas pressé de former son Exécutif.  Benkirane a été rattrapé par le facteur et on lui aurait fait comprendre que  le temps était compté.  « On ne l’a jamais vu aussi… actif depuis que l’Istiqlal a claqué la porte »,  témoigne ce politique appartenant à la majorité et visiblement dans le secret des Dieux.  Il y a de la reprise en main dans l’air. Et dans les états-majors partisans appartenant à la coalition, on le sent.
C’est une véritable course contre la montre qui a commencé.  Des informations laissent indiquer que la nomination du gouvernement Benkirane II pourrait avoir lieu avant vendredi 11 octobre, date d’ouverture de la session d’automne du Parlement. L’inauguration par le Souverain de la nouvelle année législative pourra-t-elle se faire avec un gouvernement sortant ?Benkirane fera-t-il sa rentrée avec des ministres démissionnaires et d’autres appelés à quitter le navire au nom d’un remaniement difficile ? D’un bout à l’autre de l’échiquier politique, on n’en finit pas de se poser la question. Dans les travées de l’opposition, les députés affûtent déjà leurs armes. « Peut-on valablement poser mardi prochain des questions orales à des ministres qui s’en vont ? C’est le principe du contrôle de l’Exécutif par le législatif qui est mis en difficulté », soutient cet élu de l’Union socialiste des forces populaires.
Hier mardi, les contacts avaient toujours lieu entre le chef de la majorité et ses alliés alors que  les va-et-vient se poursuivaient.  Aux dernières nouvelles,  Le président du Rassemblement national des indépendants succéderait à un Saadeddine El Othmani sacrifié, aux affaires  étrangères. Plus chanceux que son pair du secrétariat national du PJD, le ministre délégué au budget, l’islamiste Driss El Aazami, conserverait son portefeuille.  Le nombre des portefeuilles qui  irait au parti de la colombe ne serait pas, non plus,  totalement tranché. Selon des sources proches des tractations, la présidence de la chambre des députés –le mandat de l’Istiqlalien karim Ghellab arrive à terme en avril prochain- ferait partie du package et devrait peser sur les négociations avec le RNI.  Les  bons comptes ont commencé et ils ne font pas que des amis. Pour les cadors du PJD, le RNI ne saurait détenir 8 portefeuilles en plus du  fauteuil présidentiel de la chambre basse.  «Mais attention , prévient ce cacique de la coalition actuelle, tout cela est valable, valeur mardi matin. Les choses vont très vite et peuvent changer tout aussi vite».

Narjis Rerhaye
Mercredi 9 Octobre 2013

Lu 1007 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs