Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gouvernement Benkirane II : Dernier round de négociations

Des départements ministériels risquent d’échapper à la majorité




Gouvernement Benkirane II : Dernier round de négociations
Dernier round de négociations pour un Abdelilah Benkirane en quête d’une majorité gouvernementale. Selon plusieurs témoignages, le chef du gouvernement se sent plus léger depuis qu’il a été reçu par le Souverain. L’audience  qui n’a pas fait l’objet d’un communiqué du cabinet Royal a eu lieu mercredi 2 octobre. Dans la majorité, on retient son souffle : le compte à rebours a commencé pour la formation d’un nouveau gouvernement qui, tout l’été, a joué l’arlésienne. Jeudi, le chef de file de la majorité affichait un certain optimisme à défaut de sa légendaire jovialité.
Désormais, la balle est dans le camp de Benkirane. Selon des sources proches de la primature, il doit remettre sa copie, avec des propositions concrètes. Les rencontres  «be to be» commenceraient cette fin de semaine. En toute logique, le patron de l’Exécutif devrait rencontrer en tête à tête les leaders du PPS, du Mouvement populaire et du Rassemblement national des indépendants pour un dernier tour de table. «Les contacts reprennent, et c’est cela qui compte», se rassure un cacique de la majorité. Logique politique ou méthode Coué ?
La tâche ne s’annonce pas aisée. Des informations laissent entendre que des départements ministériels d’importance sont en jeu et risqueraient d’échapper du giron du chef du gouvernement et des partis formant la coalition. Quels sont-ils?  Par qui seront-ils occupés? Consacreront-ils le retour des technocrates sur la scène politique? Pour le moment, le secret est encore bien gardé.
A cela il convient d’ajouter que les négociations avec le Rassemblement national des indépendants ne sont pas totalement terminées. Le chef du gouvernement  aurait cédé sur les finances en acceptant Salaheddine Mezouar comme seul locataire. En contrepartie, il veut revoir à la baisse les ambitions du parti de la colombe et réduire le nombre de portefeuilles que le RNI voudrait voir tomber dans son escarcelle.Du côté du RNI, on n’est pas prêt non plus à lâcher l’affaire. «Mezouar ne peut pas faire une telle volte-face. Il a assuré les instances du parti de l’obtention de 8 portefeuilles. Impossible pour lui de faire machine arrière sinon ce serait du suicide politique. C’est tout le RNI et sa crédibilité qui seront remis en cause», fait valoir ce fidèle parmi les fidèles du président du Rassemblement national des indépendants.
De nouvelles tensions PJD/RNI sont-elles à prévoir? Pas sûr. D’autant que Benkirane ne peut plus se prévaloir de ne pas avoir la main et que c’est à  lui -et uniquement à lui- de jouer pour dépasser les blocages. Ses partenaires de la majorité lui ont également fait entendre que le temps était désormais compté. «On est tous dans la même galère et pas seulement le chef du gouvernement. C’est toute la popularité d’une coalition dont nous sommes membres qui prend un coup», soutient ce ténor de la majorité.
Le gouvernement Benkirane II va bientôt voir le jour. Et dans la douleur. Avant la nomination de sa nouvelle équipe, il restera encore à Abdelilah Benkirane à se livrer à un difficile exercice d’explication devant ses troupes islamistes qui auront bien du mal à comprendre les techniques de négociations de leur leader.
Des vents pas complètement favorables pour un PJD qui vient de perdre l’élection partielle de Moulay Yacoub. Le meeting tenu sur place il y a quelques jours par Abdelilah Benkirane n’y a rien fait. C’est l’Istiqlal -l’ennemi juré des islamistes du gouvernement- qui a remporté le siège invalidé en juillet dernier.

Narjis Rerhaye
Samedi 5 Octobre 2013

Lu 6217 fois


1.Posté par BEN le 05/10/2013 16:52
L'aggravation des finances publiques,l'équilibre instable du gouvernement coalisé,la rivaité incessante des états -majors des partis politiques,favorisent et même appellent à plus de patriotisme intelligent pour éviter de tomber sous des maneuvres exterieures regrettables.La Constitution est devenue par conséquent pour certains un outil de stratégie qui n'a rien à voir avec la démocratie parlementaire,mais un instrument permettant l'impasse fonctionnel purement et simplement...Mais quandle verre est dans le fruit?

2.Posté par yazzin le 10/10/2013 23:21 (depuis mobile)
Nous somme des marocain du monde nous souhaitons que tous les partie politique aide notre roi pour moderniser et faire avancer notre maroc que sera le plus moderne de l Afrique vive notre roi et le peuple marocain

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs