Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gestion de l’éclairage public : Casablanca sous les feux de la rampe




Gestion de l’éclairage public  : Casablanca sous les feux de la rampe
La ville de Casablanca a signé un protocole d'accord avec la Lydec pour lui confier la gestion (exploitation et maintenance des installations du réseau) de l'éclairage public des grandes voies et l'éclairage public des bidonvilles le 8 janvier 2004. Sa durée était de trois mois renouvelable une seule fois. A la fin du protocole, tous les bidonvilles dont les foyers avaient déjà été électrifiés par la Lydec, ont été équipés en éclairage public. Un premier avenant a été signé le 8 juillet 2004 pour une période de 6 mois (terme : 31 décembre 2004). Un deuxième a été signé le 31 décembre 2004 fixant les investissements et les sites par arrondissement. D’une durée d’un an, il excluait de son champ d’application les bâtiments administratifs et techniques appartenant ou gérés par la collectivité tels que bureaux, écoles, hôpitaux, ateliers, garages, magasins, entre autres; les complexes à caractère commercial et événementiel appartenant ou gérés par la collectivité tels que stades, parcs d’attractions, parcs des expositions, etc; le mobilier urbain tels que panneaux d’affichages publicitaires, enseignes lumineuses, cabines téléphoniques, panneaux indicateurs, abris bus, etc. ; l’éclairage  à caractère décoratif, ornemental et l’illumination des sites et des monuments et l’éclairage à caractère festif et évènementiel (festivals, foires, expositions, etc.), ainsi que les installations de signalisation lumineuse tricolore. Un troisième avenant a prorogé le protocole jusqu'au 31 décembre 2006 en précisant le programme prioritaire 2006 des investissements par arrondissement. Un quatrième avenant a été signé le 9 février 2007. Son article 3 précise la durée : "Le présent avenant proroge la durée du protocole d'accord jusqu'à la date d'effet de l'avenant devant conclure la révision de la convention de gestion déléguée des services de distribution d'électricité, d'Eau potable et d'assainissement Liquide signée en 1997 entre la Communauté Urbaine de Casablanca et Lyonnaise des Eaux". L'éclairage public de Mohammedia et Aïn Harrouda n'est pas géré par la Lydec, puisque c'est la ville de Casablanca qui a signé le protocole en 2004 et non pas l'Autorité Délégante (y compris Mohammedia et Ain Harrouda). Les zones alimentées en basse tension par l'ONE (Sidi Maarouf, Lissasfa, Ahl Loghlam...) n’entrent pas non plus dans le périmètre d’intervention de LYDEC. La révision du contrat prévoit la prise en charge par la Lydec de l’éclairage public sur tout le périmètre de la gestion déléguée à l’exception des zones alimentées par l’ONE. A ce titre, l’éclairage public deviendra un métier de la Lydec au même titre que l’eau, l’électricité et l’assainissement. Par ailleurs, des efforts sont déployés pour gérer en temps réel les anomalies et pannes. Tous les points lumineux de la ville ont été positionnés sur le système d'information géographique de LYDEC. Ainsi, chaque point lumineux est numéroté pour faciliter les réclamations et activer les interventions. Une équipe d'agents rondiers dotés de PDA (outil informatique relié au système d'information) effectuent des rondes nocturnes à travers les rues et artères de la ville et signalent toute anomalie via le système d'information de LYDEC. Une expérience-pilote est en cours pour dix points lumineux à Aïn Chock, dont chaque luminaire est surveillé à distance et on line à partir du Bureau central de conduite qui peut en effet, grâce à ce nouveau système en cours de test, détecter à distance sur un quartier toute anomalie ou toute panne et faire intervenir très vite les équipes en charge du dépannage. Au sujet de l'économie, plusieurs actions sont menées sur le terrain. Un exemple en termes de résultat : le taux d'éclairement était de 86% en 2006 et de 93% en 2008. La progression du taux d'éclairement a été de sept points. Chiffres clés : Plus de 95.000 points lumineux 219 agents communaux 15 agents Lydec Réalisations 2008 et perspectives 2009 -2000 candélabres renouvelés -Plus de 35 000 interventions réalisées dans le cadre du dépannage -Taux d’éclairement stable de 93% -Diagnostic des points lumineux achevé -Recensement des points lumineux d’Aïn Harrouda, Mohammedia, Mansouria, Beni Yakhlef et Echelallate réalisé -Habilitation de certains agents aux travaux hors tension avec remise des clés de poste et aux travaux en hauteur (opération en cours) suite à une formation aux risques électriques -Poursuite de la mise à niveau du réseau -Mise en place d’un système documentaire avec procédures et instructions -Transfert de l’activité de l’éclairage public vers les directions préfectorales (ex-délégations) et mise en place d’une cellule centrale.

N.B
Vendredi 27 Février 2009

Lu 1130 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs