Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Genre et politique de la ville : Penser l’espace public en direction des femmes




Genre et politique de la ville : Penser l’espace public en direction des femmes
Qu’est-ce qu’une « vision genrée » de la ville ? Quelle est la place des femmes dans la ville aujourd’hui, ainsi que dans l’espace public ? Comment la question du genre peut-elle être prise en considération dans la politique urbaine et la politique de la ville au Maroc ? Et les femmes constituent-elles un public pour lequel la « politique de la ville » devrait avoir réellement une stratégie d’intervention ? C’est à ces questions et tant d’autres que la conférence-débat organisée par l’Ecole nationale de l’architecture (ENA), le 8 mars à Rabat, a tenté d’apporter des ébauches de réponse, notamment dans un contexte national marqué par la mise en place d’une politique de la ville qui vise à améliorer le cadre de vie des zones urbaines sensibles, à revitaliser les centres urbains en perte de compétitivité et à promouvoir les villes durables.
Mais d’abord, que signifie l’approche genre ? Selon Mme Chihab, directrice au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville (MHUPV), le concept genre est apparu pour la première fois en 1972 pour s’imposer comme un outil d’analyse permettant la distinction entre la dimension biologique de sexe et celle culturelle de genre. Pourtant, son emploi dans les analyses et les approches ne date que de la fin des années quatre-vingts.
De son côté, Aicha Belarbi, professeur chercheur à l’Université Mohammed V, a expliqué que l’approche genre adoptée au Maroc comme par ailleurs s’est vite transformée en quota permettant l’accès de certaines femmes à des postes de responsabilité alors que cette approche doit, en principe,  intervenir pour modeler les esprits des hommes et des femmes, a-t-elle précisé.
Concernant le rapport de la femme à la ville, Mme Chihab a estimé que cette relation reflète des pratiques sociales et politiques et suscite des questions sur la présence-absence des femmes dans l’espace public. Ainsi, s’est-elle demandé si nos espaces urbains sont-ils pensés en direction des femmes.
 D’après l’intervenante, l’accès en dehors se limite pour beaucoup de femmes aux frontières de leurs quartiers et pour les seules activités domestiques. Elle estime que l’espace public est un droit récemment acquis et qui reste encore sous contrôle masculin  du fait de la violence urbaine qui touche davantage les femmes que les hommes.
La responsable du MHUPV pense qu’au Maroc, la pauvreté, l’analphabétisme et la difficulté d’accès aux infrastructures de base sont autant de facteurs qui appellent à l’approche genre afin de surmonter les inégalités  qui touchent notamment les femmes et les enfants. Même appréciation de la part de Mme Belarbi qui a estimé que la question de genre est primordiale dans l’élaboration des politiques de la ville. Cependant, elle n’a pas manqué l’occasion pour émettre certaines réserves relatives à la définition même de la politique de la ville présentée par le MHUPV comme une politique interministérielle, intégrée, multi-partenariale, contractuelle et participative, conduite par l’Etat et les collectivités locales en partenariat avec le secteur privé et la société civile.
Selon elle, cette définition pèche par l’absence de la dimension genre, par le manque de précision concernant les acteurs chargés de sa mise en place et les interrogations qui suscitent l’implication des collectivités locales dominées par la gente masculine.
Des propos que la représentante du MHUPV a jugé pertinents et auxquels elle a répondu par le fait que la définition en question est basique et ouverte. Et qu’elle a beaucoup évolué ces derniers temps en introduisant l’approche genre comme un référentiel dans les manières de penser et de planifier la ville.

Hassan Bentaleb
Lundi 12 Mars 2012

Lu 1258 fois


1.Posté par Jaouad Benaicha le 01/01/2013 10:28
Merci bien pour cette article,
Il semble bien que la société marocaine est toujours dominée par un "imaginaire social" qui est collectif en même temps, car la présence de la femme dans l'espace public ainsi que dans les autres espace et toujours un tabou qui est hérité, et très bien pratiqué...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs