Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gaza réveillera et grandira qui le voudra




Gaza réveillera et grandira qui le voudra
Que vaut cette plume, avec des millions d'autres, aux yeux, en larmes et terrifiés, d'un écolier gazaoui dont le petit bras, arraché par une bombe au phosphore blanc, pend à la bandoulière de son cartable quémandé, des heures durant, par sa mère, à un bureaucrate bien portant de l'assistance internationale?! Rien, terriblement rien!
Pourtant, nous n'avons que des mots pour seule raison de survie au martyre de cet enfant qui, lui, a toute l'histoire de l'humanité contre lui, avec toutes les dimensions de la barbarie, de l'hypocrisie, de la lâcheté, de l'ignorance et de la bêtise humaine déployant ses macabres dessins. Survivrons-nous à ce martyre de notre humanité, nous qui depuis six décades, ne cessons de battre le pavé de nos boulevards bien illuminés, bien sécurisés, pour vociférer des mots, puis des mots, encore des mots? Des mots que nul vent d'Est, d'Ouest, du Nord ou du Sud ne porte aux oreilles de ceux qui siègent aux commandes de l'humanité d'aujourd'hui réputée "communauté" parce qu'elle s'est construit des lieux prestigieux pour rendez-vous de mandarins, simples clubs privés pour conversations de détente entre "Nations Unies", pour s'auto satisfaire d'"unions" (européenne, africaine, maghrébine, arabe…)..!
Nul fronton de ce type d'édifices ne supporterait une photo d'un écolier gazaoui, "gueule cassée et gazée" de ce nouveau siècle..! Nul témoin étranger à la « terre promise », à ce terreau de l'inhumanité, n'oserait au moins prononcer les mots qui fâchent, qui courrouceraient le bourreau démoniaque comme la victime crédule…Qui oserait, devant cette furie de tueries implacablement génocidaires, rappeler les évidences que nous, les éternels manifestants arabes et non arabes, cachons de nos vieilles banderoles aux slogans vieillis, comme pour éviter de confronter les vérités horribles :
- Israël ne permettra jamais, au grand jamais, la création d'un Etat souverain et libre à ses frontières qu'il voudrait voir un jour devenir bibliques
- Les stratèges israéliens planifient sur des décennies, maîtrisent l'art de provoquer des conjonctures de crise et des tactiques et retraites de survie chez leur ennemi pour le berner par des demi-victoires et des moments de répit sur le court et le moyen termes afin qu'il ne soit jamais lucide sur le long terme, terme des véritables enjeux et desseins stratégiques du "grand" Israël
- Les stratèges israéliens, depuis des générations de décideurs, ont parfaitement maîtrisé la manipulation de la dialectique et de la contradiction dans la conduite de leur projet national : à chaque étape conquise sur leur dessein stratégique, correspond une distinction nouvelle et lucide entre ce qui représente pour eux une contradiction principale et ce qui représente une contradiction secondaire.
De tous les correspondants occidentaux en poste dans la région, seul le correspondant de la télévision française publique, Charles Enderlin, rappelle la décision prise par les dirigeants israéliens, en 1982, d'aider à la visibilité et à l'implantation à Gaza de la mouvance intégriste palestinienne. Ce journaliste chevronné, franco-israélien, n'a cessé d'être harcelé et menacé par les autorités et les services de Tel Aviv, victime même de tentatives d'attentat et traîné de procès en procès depuis huit ans en France où les lobbys israéliens l'accusent  d'avoir « bidonné » son reportage sur l'assassinat, en direct, par l'armée du petit Ad Doura, âgé de 12 ans… Charles Enderlin disait dans son reportage du 4 janvier dernier : « Lorsque les Israéliens ont occupé Gaza en 1967, ils ont vu d'un bon œil les frères musulmans et les religieux qui, pensaient-ils, ne s'occupaient pas de politique. Ils voyaient ces fondamentalistes comme des alliés potentiels contre l'OLP, ses Fidayines et Yasser Arafat. En1982, l'administration militaire a même contribué à la construction de ce bâtiment (Image du bâtiment) où s'installa l' « Union Islamique » dirigée par un certain Cheikh Yassine…Les israéliens ne découvriront leur erreur que cinq ans plus tard, à l'occasion de la première Intifada : Cheikh Yassine avait créé secrètement « Hamas » et sa branche armée pour combattre les juifs et le processus entamé par Yasser Arafat » (confère le blog : http://blog.france2.fr/charles-enderlin).
En fait, ce journaliste, lucide hors pair sur la question (auteur d'ouvrages sur le conflit), a sans doute retenu le bout de son analyse, ne disposant pas de preuves tangibles pour dévoiler le vrai dessein des stratèges de l'Etat hébreu… Un dessein simple pour ceux qui admettent que cet Etat ne renonce jamais au rêve de son mouvement fondateur, le mouvement sioniste, théorisé il y a plus d'un siècle par le Hongrois Theodor Herzl dans son ouvrage « L'Etat juif » (1896). Qu'est-ce qui serait dangereux pour ce rêve messianique : une résistance palestinienne qui engrangerait des victoires politiques et diplomatiques au plan international, s'alliant graduellement l'appui ou, au moins, la sympathie des opinions publiques qui comptent chez les principaux alliés d'Israël (USA, Grande-Bretagne, France…); ou une résistance composée de milices, usant d'armes rudimentaires bricolées, et acculée par ce fait, devant la 4ème armée du monde, à commettre des attentats-suicides contre des civils, c'est-à-dire tombant dans l'irréparable et l'inadmissible aux yeux de tous les Etats du monde, alliés ou non d'Israël, aux yeux de toutes les diplomaties, du Droit international et,surtout, aux yeux des opinions publiques qui comptent dans la balance mondiale?!
Les stratèges israéliens avaient bien compris à Oslo que la contradiction principale c'était l'OLP avec sa stratégie politique et diplomatique orchestrée par son leader, Yasser Arafat. Le principal danger, à long terme, venait donc de l'OLP politique d'Arafat dont ils voulaient affaiblir la légitimité et le leadership en lui opposant un mouvement intégriste importé d'Egypte et sans grande consistance manœuvrière politique au plan international. Ce mouvement ne pouvait constituer le danger ultime pour le rêve de Herzl, avec ses agitations suicidaires et ses slogans irréalistes, sans nulle crédibilité au plan international… Au contraire, chaque attentat suicidaire organisé par cet « allié objectif » renforçait et renforce encore les alliances d'Israël et allonge le chèque en blanc donné à son armée par l'ensemble de la communauté internationale tétanisée qu'elle est toujours, sous verre, à New York, au siège dit des « Nations Unies »!
À présent, avec le recul, on comprend la phase d'encerclement et de siège que mena Tel Aviv autour d'Arafat et de son autorité politique à la Mouqataâ : l'achèvement de la destruction de la crédibilité et de la légitimité politique de l'OLP, c'est-à-dire du peuple palestinien, aux yeux de l'opinion mondiale et des diplomaties… Et aussi la décrédibilisation irrémédiable du symbole et leader de l'union du peuple palestinien aux yeux de ce peuple même, tant son leader historique a été ridiculisé, n'ayant plus de ressort pour rebondir comme d'antan au Liban…
Le "grand Israël", sans voisin palestinien, était et est toujours en marche! Une douzaine de morts contre 1000 morts (un pour cent!) est l'horrible vérité qui atteste aujourd'hui que le Hamas n'est qu'un problème secondaire pour le "grand Israël". Simple péripétie de parcours pour la grande stratégie…Mais péripétie qui permettra à brève échéance de tuer dans l'œuf la timide résurgence de la légitimité politique, au plan international, que l'autorité fantomatique du successeur d'Arafat semble caresser sur la foi de présages trop enchanteurs concernant le changement - donné comme « historique » - de la donne « Obama » à la Maison blanche.
D'un côté une stratégie inébranlable, qui se donne l'éternité pour durée, conformément à un rêve biblique, hors du temps, et de l'autre, des chimères, des vociférations, de la candeur invétérée et de l'innocence bombardée et brûlée au phosphore blanc sous les toits de crèches, de maternités, d'hôpitaux, d'ambulances et d'écoles…Qui s'en réveillera parmi nous, nous les manifestants si crédules ? Qui en grandira : notre candide humanité ou leur sordide inhumanité ?

Par Jamal Eddine NAJI
Lundi 19 Janvier 2009

Lu 320 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs