Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Galvan purgera sa peine en Espagne




Galvan purgera sa peine en Espagne
Le sort du pédophile Daniel Galvan Fina est bel et bien scellé. Après plusieurs mois de délibérations, l’Audience nationale, la plus haute juridiction pénale espagnole, vient de rendre son verdict dans l’affaire du pédophile condamné à 30 ans de prison ferme au Maroc pour avoir abusé de 11 enfants âgés de 2 à 14 ans, mais libéré suite à une erreur administrative. L’Audience nationale a, en effet, décidé que ce pédophile purge le reliquat de sa peine de 30 ans en Espagne. Cette information a été publiée en première par le quotidien espagnol «El Pais» le soir du lundi, avant d’être confirmée le même jour par un bref communiqué du ministère de la Justice et des Libertés.
Le 3 septembre dernier, le ministère de la Justice avait remis aux autorités espagnoles la demande du procureur du Roi près la Cour d’appel de Kénitra demandant soit l’extradition de Galvan, soit son maintien en détention en Espagne pour qu’il y purge le reliquat de sa peine ou son rejugement pour les faits qui lui sont imputés.
L’Audience nationale a refusé la première option sous prétexte qu’il porte la nationalité espagnole et que « la convention d’extradition signée avec le Maroc prévoit l’interdiction d’extrader des citoyens espagnols », précise le quotidien El Pais.
A noter que le procureur de l’Audience nationale, Carlos Bautista, s’était opposé, jeudi dernier, à cette extradition. La Cour composée des magistrats Alfonso Guevara (président), Ángeles Barreiro y Antonio Díaz, est allée dans le même sens, mais a pris le contre-pied de la défense du pédophile en question qui avait annoncé que le refus d’extradition de son client signifierait automatiquement sa libération.
Cette nouvelle décision était prévisible, car le Conseil des ministres espagnol avait tranché cette question lors de la réunion qu’il avait tenue le 18 octobre 2013 en décidant le maintien du pédophile en prison au cas où la justice refuserait de l’extrader vers le Maroc.
 « En tout cas, le tribunal entame une procédure d’accomplissement d’une peine prononcée à l’étranger pour qu’il la purge pour abus sexuels sur des mineurs et pour laquelle la Cour d’appel de Kénitra avait émis le 5 août dernier un mandat d’arrêt international de détention », a précisé l’agence espagnole Europa Press.

Morad Tabet
Mercredi 20 Novembre 2013

Lu 356 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs