Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fusillade dans un camp de gens du voyage à Roye en Somme

Quatre morts, dont un gendarme et un nourrisson




Un homme appartenant à la communauté des gens du voyage a commis un carnage mardi dans un camp de nomades de la Somme, tuant à coups de fusil trois membres d’une même famille et un gendarme de 44 ans, et blessant grièvement trois autres personnes dont un nourrisson.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a "rendu hommage au dévouement des gendarmes de Roye et du groupement de la Somme" qui sont intervenus et qu'il a également rencontrés.
Grièvement blessé, l'enfant de trois ans est sorti du bloc opératoire et était hors de danger, le gendarme plus légèrement blessé qu'initialement envisagé devait pour sa part sortir de l'hôpital dans la nuit, selon une source proche du dossier. Le forcené, appartenant à la communauté des gens du voyage et qui a ouvert le feu dans un camp de nomades à Roye (Somme) était toujours en observation. Des renforts de forces de l'ordre ont été déployés à Roye ainsi qu'aux alentours du CHU d'Amiens en raison des tensions dans le camp où s'est produit le drame.
"Un homme est entré dans une aire de gens du voyage à Roye dans la Somme. Il a tué froidement un bébé de six mois, une femme, un homme et il a blessé plusieurs personnes, deux gendarmes, dont l'un très grièvement, ainsi qu'un autre enfant de trois ans", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à la presse.
L'auteur des coups de feu, qui a apparemment agi seul, était muni "d'un fusil de chasse", a rapporté M. Farret. Le chef du parquet s'est dit dans l'incapacité de donner les motifs de la fusillade. Toutefois, a-t-il dit, "l'auteur était, semble-t-il, en état d'ébriété". "On ne peut pas parler de réglements de comptes mais d'une agression d'un individu sur une famille", a-t-il encore souligné.
 L’aire d'accueil communal ou s’est déroulé le drame est gérée par une association accueillant une quarantaine de gens du voyage semi-sédentarisés qui y vivent depuis plusieurs années dans des caravanes. Jusqu'à maintenant, il n'y avait pas eu de problèmes", a rapporté la préfecture.
En fin de soirée, une certaine détente était observée sur les lieux du drame, d'après la préfecture. Auparavant, la tension avait été très vive, selon un journaliste de l'AFP sur les lieux. Une voiture a même tenté de forcer un barrage, selon un adjoint au maire de Roye joint par l'AFP, commune située en milieu rural, à proximité de l'autoroute A1 Paris-Lille. Des incidents avaient opposé un petit groupe de gens du voyage à des journalistes, le reste de la communauté demeurant calme.

Jeudi 27 Août 2015

Lu 234 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs