Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fuite spectaculaire de l’ex-président pakistanais du tribunal qui a ordonné son arrestation




Fuite spectaculaire de l’ex-président pakistanais du tribunal qui a ordonné son arrestation
La justice pakistanaise a ordonné jeudi l'arrestation de l'ex-président Pervez Musharraf pour le renvoi de juges à l'époque où il était au pouvoir, mais ce dernier s'est éclipsé de l'audience sous la protection de ses gardes du corps.
Le "Général Musharraf", au pouvoir de son coup d'Etat en 1999 à sa démission en 2008 et rentré récemment d'exil dans l'espoir de participer aux élections générales du 11 mai prochain, s'était présenté jeudi tôt en matinée à une audience pour la prolongation de sa liberté sous caution dans l'affaire du renvoi de juges.
Mais ce qui ne devait être qu'une formalité administrative a pris des allures de thriller politico-judiciaire. Le général à la retraite a immédiatement quitté le tribunal après la décision du juge, sous la protection de ses gardes du corps, pour s'enfuir dans son 4x4 noir devant des policiers ahuris, selon un photographe de l'AFP sur place. "Le comportement du général Musharraf montre son dédain de la procédure légale et indique qu'à titre d'ancien chef de l'armée et dictateur, il pense être en mesure d'échapper à sa responsabilité concernant ses abus", a réagi Ali Dayan Hasan, directeur pour le Pakistan de l'organisation Human Rights Watch.
Peu après la fuite spectaculaire de l'ancien dirigeant, une dizaine de ses partisans dénonçaient la décision du tribunal devant sa résidence en banlieue de la capitale Islamabad. "Nous n'acceptons pas cette décision", "c'est de l'injustice", "longue vie à Musharraf", scandaient ses supporters, alors qu'un commando de la police protégeait l'entrée principale de la villa.
Outre l'affaire des juges, Pervez Musharraf est mis en cause pour les meurtres du chef indépendantiste de la province du Baloutchistan (sud-ouest) Akbar Bugti et de l'ancienne Première ministre Benazir Bhutto.
Des avocats pakistanais tentent aussi de convaincre la Cour suprême de juger l'ancien président pour "haute trahison" pour avoir imposé l'état d'urgence alors qu'il régnait sur la seule puissance musulmane dotée de l'arme nucléaire.

Libé
Vendredi 19 Avril 2013

Lu 179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs