Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fuite des capitaux et laxisme du gouvernement grèvent l’économie nationale

Ramid évite de diligenter des poursuites contre les fraudeurs




Fuite des capitaux et laxisme du gouvernement grèvent l’économie nationale
En dépit de la conjoncture économique difficile, le gouvernement Benkirane préfère les coupes budgétaires à la lutte contre la fuite des capitaux. Cette évasion vers les banques étrangères constitue un  véritable handicap pour l’économie nationale. Cependant, le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, s’abstient d’ordonner que des enquêtes soient diligentées contre les fraudeurs qui sapent les fondements de l’économie nationale et qui ne semblent avoir d’objectif que d’exploiter les failles de la loi et du laxisme de l’Exécutif pour servir leurs propres intérêts.
Selon le rapport de l’Office de changes, publié à la mi-avril 2013, 34 milliards de dirhams en 2012, soit 4 milliards de dollars, ont été sortis illégalement  du Maroc. Pour certaines estimations, 1 à 2 milliards quittent frauduleusement annuellement le territoire national ; d’autres sources estiment que ce chiffre reste optimiste. Un récent rapport américain avait déjà révélé que 30%  de l’argent appartenant aux riches marocains dort dans des banques suisses, anglaises et chypriotes depuis que les banques helvétiques ont levé le secret bancaire. Il faut dire que la banque des règlements internationaux avait fait les mêmes constatations sur la fuite des capitaux marocains vers l’étranger. Le phénomène s’est accentué également depuis le déclenchement du Printemps arabe et la crise en Espagne. Nombre de Marocains ont investi dans l’immobilier ibérique dont les prix ont considérablement chuté. Donc, il est incontestable que ces fuites affectent dangereusement l’économie nationale et entravent le développement du pays devant l’indifférence voire le refus du gouvernement et en particulier le ministère de la Justice, de s’atteler à combattre ces évasions et de rapatrier l’argent au pays. Avec la crise qui sévit en Europe et ailleurs, plusieurs pays européens ont pu récupérer des sommes importantes de cet argent déposé dans les banques étrangères.
A travers le contrôle des comptes bancaires de leurs citoyens à l’étranger et surtout en Suisse et dans les paradis fiscaux, de nombreux  d’Etats ont acculé ces fraudeurs à rapatrier leur argent et verser à l’Etat entre 10%  et 20 %. C’est le cas du Portugal, de la France, de l’Espagne ou encore de l’Allemagne, ce qui a déclenché quelques scandales comme celui du Roi d’Espagne ou encore le ministre des Finances français qui était contraint  de démissionner outre son exclusion du Parti socialiste. Pour ce faire, il a fallu certainement une volonté politique des gouvernements de ces pays qui ont lancé des poursuites et ouvert des enquêtes. C’est toute une procédure légale qu’il faut mener et que M.Benkirane connaît ainsi que son ministre de la Justice. Alors pourquoi refuse-t-on de suivre les autres, de  procéder à la lutte contre ce phénomène et donc de stopper l’hémorragie qui dure depuis plusieurs années ? Le cheval de bataille du gouvernement  et les slogans des ministres du PJD ont été axés sur la lutte contre toute sorte de prévarication. Apparemment ce ne sont, en fin de compte, que des paroles populistes et des promesses sans lendemain.

Kamal Mountassir
Samedi 4 Mai 2013

Lu 440 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs