Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

François Hollande reçoit les représentants des religions de France

L'exécutif français promet la fermeté face aux actes antisémites




François Hollande  reçoit les représentants des religions de France
Le gouvernement français a promis lundi la fermeté face aux actes "antisémites" qui ont émaillé des rassemblements pro-palestiniens non autorisés ce week-end à Paris et en Ile-de-France, soulignant que rien ne pouvait les justifier.
François Hollande a reçu à l'Elysée en fin d'après-midi de lundi les représentants des religions de France auxquelles il a promis une grande mobilisation contre l'antisémitisme.
Invoquant des risques à l'ordre public, François Hollande avait justifié la semaine dernière l'interdiction de manifestations malgré l'indignation des organisations pro-palestiniennes et d'une partie de la gauche.
Samedi, des incidents se sont produits dans le quartier de Barbès, dans le nord de Paris, à l'issue d'une manifestation pro-palestinienne également interdite, entre certains manifestants et des forces de l'ordre.
Dix-neuf personnes avaient été placées en garde à vue à la suite de ces débordements.
Quatre mineurs âgés de 15 à 17 ans devaient être présentés lundi à un juge en vue de leur mise en examen et quatre majeurs devaient être jugés en comparution immédiate. Un cinquième devrait être jugé dans les deux mois.
Ailleurs en France, des manifestations, qui avaient été autorisées, se sont déroulées pacifiquement dans une quinzaine de villes de province, dont Marseille, Lille, Lyon, Nîmes, Strasbourg, Nantes et Montpellier.
Pour les membres de la communauté juive, l'intervention israélienne à Gaza -qui a fait depuis le 8 juillet quelque 600 morts, dont de nombreux enfants et des civils côté palestinien et 25 morts, dont deux civils, côté israélien- n'est qu'un prétexte.
Un appel a été lancé pour un nouveau rassemblement samedi prochain dans la capitale et une autre demande de manifestation a été déposée pour mercredi, toujours à Paris autorisée celle-là, cette fois.
Les demandes vont être examinées à la lumière des risques potentiels en termes de respect de l'ordre public, a dit Bernard Cazeneuve, précisant qu'il n'y avait "pas d'interdiction générale des manifestations".  

Reuters
Mercredi 23 Juillet 2014

Lu 149 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs