Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France: la loi sur l’immigration adoptée




Le Parlement français a définitivement adopté, mercredi soir, le projet de loi sur l'immigration, l'intégration et la nationalité qui prévoit le durcissement notamment des conditions de séjour des sans papiers, mesure dénoncée par l'opposition qui envisage de saisir le Conseil constitutionnel.
Le texte a été finalement adopté par l'Assemblée dans l'après-midi par 297 voix contre 193, et le Sénat l'a entériné tard dans la soirée par 182 voix contre 151.
Après le retrait, en mars dernier, sous la pression des centristes, de l'extension de déchéance de nationalité, il restait deux enjeux majeurs à ce projet, à savoir, l'encadrement du droit au séjour des sans-papiers atteints de pathologies graves et le contentieux de l'éloignement des sans-papiers placés en rétention.
Le titre de séjour «étrangers malades» ne pourra dorénavant être accordé qu'en cas d'«absence» du traitement approprié dans le pays d'origine.
L'opposition de gauche a pourtant fait valoir que si les traitements ne sont pas «absents», ils n'en sont pas moins, souvent inaccessibles à de nombreux malades, notamment pour des raisons financières ou géographiques.
La nouvelle disposition prévoit la prise en compte de «circonstances humanitaires exceptionnelles» pour l'attribution du titre de séjour, après avis du directeur général de l'Agence régionale de santé.
Concernant la réforme du régime de rétention des sans-papiers en instance d'expulsion, le texte a finalement retenu la version de l'Assemblée et du gouvernement français et l'intervention du juge des libertés et de la détention sera dorénavant repoussée à cinq jours (au lieu de deux actuellement).
Par ailleurs, la loi prévoit une peine de cinq ans de prison et une amende de 15.000 euros contre tout étranger abusant les sentiments d'une personne de nationalité française dans le cadre d'un mariage dit «gris».
L'opposition de gauche a stigmatisé un texte qui aura été «l'occasion de défaire notre pacte républicain» et réitéré son intention de déposer un recours auprès du Conseil constitutionnel.
«Votre texte ne règle rien. Il est inconstitutionnel et n'est pas du tout adapté», a lancé la député du Parti Socialiste Sandrine Mazetier, tandis que le député Europe-écologie-Les verts, Noël Mamère, a accusé la majorité de «braconner sur les terres du Front national (FN, extrême-droite)».
Par ailleurs, la possibilité de rétablir des contrôles aux frontières nationales dans l'espace Schengen discutée jeudi à Bruxelles par les ministres de l'Intérieur de l'UE suscite des réserves dictées par la crainte d'une utilisation à des fins populistes.
Le gouvernement danois a jeté un froid avec l'annonce du rétablissement de contrôles douaniers permanents à ses frontières nationales avec l'Allemagne et la Suède pour lutter contre l'immigration illégale et la criminalité organisée.
De son côté, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso reconnaît être préoccupé par les tendances au repli constatées dans de nombreux Etats sous la pression de mouvements populistes et xénophobes.
« Nous avons identifié des problèmes dans la gestion de Schengen, mais nous devons éviter les cavaliers seuls pour résoudre les problèmes, car ils donnent des arguments aux populistes et aux extrémistes qui veulent remettre en question l'acquis communautaire », a-t-il déclaré mardi devant le Parlement européen.
« Il est temps d'étouffer dans l'œuf les mauvaises tendances », a-t-il affirmé. Le lendemain, Copenhague annonçait le rétablissement des contrôles à ses frontières. La France, à l'origine de la proposition, la défend comme « un renforcement des capacités de réaction de l'Europe face à des situations exceptionnelles ».

MAP et AFP
Vendredi 13 Mai 2011

Lu 345 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs