Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France-Maghreb, une seule voix, un seul chœur

C’est la première fois qu’un orchestre maghrébin s’associe à une chorale française pour des représentations dans les deux pays concernés.




Amateurs de grande musique,
l’Orchestre Philharmonique
du Maghreb, le Chœur
Philharmonique du Maroc et
le Chœur régional Vittoria
d’Île-de-France vous donnent
rendez-vous à partir du
12 janvier courant pour
une série de concerts inédits
au Maroc et en France.
 
La musique est le langage universel par excellence pour faire rayonner les valeurs de partage et de fraternité entre les peuples. C’est donc un véritable pont culturel que lancent entre les deux rives de la Méditerranée l’Orchestre Philharmonique du Maghreb, le Chœur Philharmonique du Maroc et le Chœur régional Vittoria d’Île-de-France avec cinq représentations exceptionnelles de l’une des œuvres les plus populaires, le «Requiem de Verdi», à Casablanca, Rabat et Paris. Du 12 au 20 janvier courant, cette grande première à la portée symbolique très forte mobilisera 170 acteurs du Maroc, de la Tunisie, d’Algérie et de la France. «Cette tournée, outre le challenge artistique qu’elle représente, porte en elle un idéal d’humanisme et de fraternité», indiquent, dans un comuuniqué, les organisateurs de ce projet, initié par la Fondation Ténor pour la Culture.
Ladite tournée franco-maghrébine bénéficiera du talent de solistes prestigieux tels que Norah Amsellem, Clémentine Margaine, ou encore Philippe Do et Derrick Ballard et sera dirigé par le célèbre Michel Piquemal. Ce sera, par ailleurs, la toute première fois qu’un orchestre et des chœurs maghrébins s’associeront à une formation chorale française pour interpréter au Maroc et en France une œuvre majeure du répertoire choral européen. Ce projet permettra également la production du tout premier concert de l’Orchestre Philharmonique du Maghreb, en Europe.
Au-delà de leur dimension artistique, ces concerts au Maroc et en France seront l’opportunité d’une découverte accrue des pays d’où sont issus les intervenants. Selon les initiateurs de l’évènement, des tables rondes et master classes sur différents sujets artistiques et culturels pourront être organisées de part et d’autre de la Méditerranée. «Cette dimension d’échange interculturel sera porteuse d’un message de paix, d’espoir et de joie. Elle renforcera le dialogue entre la France et le Maghreb et plus globalement la fraternité transméditerranéenne», précise-t-on dans ledit communiqué.
Pour rappel, Giuseppe Verdi, immense compositeur italien du XIXe siècle, d’une puissance créatrice comparable à Wagner, son contemporain, n’était pas un intellectuel. Il avait besoin de passions vraies, de sentiments intenses et de drames humains pour trouver l’inspiration musicale. Il a gardé des goûts simples et un attachement profond au travail de la terre. Quand Victor Emmanuel, roi de l’Italie enfin réunifiée, voudra l’anoblir, il refusera tout en s’excusant : « Je suis et je reste un paysan. ». La vie de Verdi a été aussi marquée par les deuils et les chagrins : la mort de sa première femme et de ses deux enfants l’ont plongé dans un abîme sans fond duquel le travail et l’exaltation de composer Nabucco l’ont tiré. La Messa da requiem est également née d’un deuil. Ouvrage colossal parmi les plus populaires du répertoire lyrique, Verdi compose ce Requiem en 1874 en hommage à un ami défunt, l’écrivain Allesandro Manzoni.
A la façon d'un opéra céleste, le Requiem de Verdi est représentatif de la dernière période, la plus bouleversante du génial compositeur, qui devait à l’origine signifier la fin et le couronnement de sa carrière. Dès sa création, l'œuvre connaît un succès immédiat et est acclamée dans les plus prestigieuses maisons d'opéra à travers le monde : Scala de Milan, Opéra Comique de Paris, Royal Opera House de Londres, Metropolitan Opera de New-York… De grands compositeurs ont utilisé cette œuvre pour la puissance de sa mélodie symphonique, pour souligner ou exacerber certaines actions ou émotions de films devenus cultes, du film « Gladiator », en passant par « Shining ».
Notons enfin qu’en décembre 2013, l’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM) et le Chœur Régional Vittoria d’Ile-de France  étaient réunis pour une tournée marocaine autour de la 9ème symphonie de Beethoven.
Plus de 9000   spectateurs avaient assisté aux trois concerts. Ce fut un succès fulgurant, à la suite duquel naquit l’idée de réitérer l’opération en janvier 2016, en associant cette fois-ci le Chœur Vittoria à l’Orchestre Philharmonique du Maghreb, nouvelle phalange orchestrale créée par la Fondation Ténor pour la Culture en janvier 2015.

Mehdi Ouassat
Vendredi 8 Janvier 2016

Lu 1824 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs