Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France-Islande, Allemagne-Italie Vivement les quarts !




Cet Euro-2016 restera dans l'histoire: l'Islande, incroyable Petit Poucet, retrouvera la France en quarts de finale, stade de la compétition qui s'offre également un grand classique avec Allemagne-Italie.
Les autres affiches seront Pologne-Portugal et pays de Galles-Belgique. Les stars des quarts, qui se dérouleront de jeudi à dimanche après deux jours de repos mardi et mercredi, auront pour nom Gianluigi Buffon, gardien d'une Italie éternelle, Thomas Müller, attaquant d'une Allemagne sûre d'elle, Cristiano Ronaldo, triple Ballon d'or portugais, Eden Hazard, petit génie belge, Antoine Griezmann, sauveur des Bleus et... Kolbeinn Sigthorsson, Islandais jouant en France, à Nantes.
Le N.9 des gentils vikings, au visage tout juste sorti de l'adolescence, a crucifié l'Angleterre lundi soir à Nice (2-1). Roy Hodgson, qui était déjà aux commandes des Trois Lions sortis au premier tour du Mondial-2014, a logiquement présenté sa démission.
Le séisme est immense en Angleterre, où, sur un tout autre plan, le Brexit a déjà été une belle secousse. Wayne Rooney, dernier porte-étendard en date d'un pays qui a inventé le football, est maintenant condamné à regarder la suite de l'Euro devant sa télé. "On a stupéfait le monde", s'est amusé Kari Arnason, défenseur de l'Islande.
Le sélectionneur français Didier Deschamps n'avait sans doute pas prévu d'affronter un tel adversaire dimanche au Stade de France. Et il ne faut pas sous-estimer les joueurs de cette petite île nordique de 330.000 habitants.
Car les Bleus n'en menaient pas large au bout de deux minutes, quand ils étaient dominés 1 à 0 sur penalty de l'Eire. Il a fallu un réveil à l'heure de jeu d'Antoine Griezmann, auteur d'un doublé, pour éviter la honte qui enveloppait les Anglais mardi.
Les Islandais sont désormais totalement décomplexés. Ragnar Sigurdsson, défenseur et buteur contre l'Angleterre, a ainsi lâché: "La France? Je m'attends à rencontrer une très bonne équipe, un peu similaire à l'Angleterre peut-être. La France n'a pas encore joué son meilleur foot, l'Angleterre non plus d'ailleurs. Nous allons essayer d'être un peu plus dominateurs et d'attaquer plus". Rien que ça...
Le co-sélectionneur islandais Heimir Hallgrimsson est même encore plus optimiste: "Maintenant que nos joueurs ont franchi cette haie, l'Angleterre, tout paraîtra moins haut, et la confiance de nos joueurs va croître".
En tout cas, Cristiano Ronaldo s'est bien trompé, lui qui avait déclaré après le 1-1 du Portugal contre l'Islande en poules: "L'Islande n'a fait que défendre. Ils ont mis le bus devant les cages. C'est une petite mentalité. C'est pourquoi ils ne feront rien".
L'Allemagne fait elle profil bas avant de rencontrer l'Italie samedi à Bordeaux. Jamais dans leur histoire les Allemands, champions du monde en titre, n'ont pris le dessus sur les Azzurri dans un grand tournoi.
La Mannschaft reste traumatisée par la finale du Mondial-1982 (1-3), la demi-finale de son Mondial en 2006 (0-2 a.p.) ou plus récemment, il y a quatre ans, la demi-finale de l'Euro (1-2).
Et il n'y a pas que le passé qui fait peur. Le présent impressionne. La Nazionale, qu'on disait vieillissante, sans star, a balayé 2 à 0 l'Espagne, double tenante du titre.
Et là aussi, les Italiens ne craignent plus rien, à l'image de Giorgio Chiellini, défenseur italien et buteur contre les Espagnols: "L'Italie est encore en dessous, on connaît nos qualités, si on arrive à réaliser ce qu'on sait faire, on peut avoir des résultats".
La suite du tournoi promet car en demi-finale, le vainqueur du choc entre Italiens et Allemands rencontrera le survivant de l'affiche surprise entre Français et Islandais.
Dans l'autre partie du tableau, il y aura aussi du beau monde. Cristiano Ronaldo peut égaler le record de Michel Platini (9 buts dans un Euro, en 1984) s'il marque contre le la Pologne jeudi à Marseille. En face, les Polonais espèrent que leur vedette, Robert Lewandowski, va enfin se réveiller et marquer.
Les Gallois se tourneront comme d'habitude vers Gareth Bale, crack du Real Madrid, pour perturber les Diables Rouges emmenés par Eden Hazard et Kevin De Bruyne vendredi à Lille. Les gagnants de ces deux dernières affiches se retrouveront en demi-finale. La finale du 10 juillet au Stade de France sera alors dans toutes les têtes.

Hallgrimsson : Nous pouvons battre n'importe qui

Les joueurs de l'Islande ont vécu un jour dont "on leur parlera toute leur vie", a dit le
co-sélectionneur Heimir
Hallgrimsson, après leur exploit contre l'Angleterre (2-1) en 8ème de finale de l'Euro-2016,
lundi à Nice.


 Que ressentez-vous?
"Les joueurs ont été fantastiques sur le terrain, mais je voudrais remercier aussi tous les Islandais qui sont venus au stade ce soir, enfin le peu qui ont eu des billets. Nous espérons que nous aurons plus de monde encore au Stade de France (contre la France en quarts), et pour le match d'après aussi bien sûr (rires)."

Votre possession de balle s'est améliorée, est-ce votre meilleur match?
"Oui nous avons un peu progressé sur le plan de la possession, nous n'avons pas encore analysé le match mais c'est probablement notre meilleur, défensivement nous n'avons pas eu trop de problème et nous nous sommes créé beaucoup d'occasions. C'est notre meilleur match jusqu'ici. Je pense que nous n'avons pas encore montré tout ce dont nous étions capables, nous ferons mieux au prochain match."

Vous avez éliminé les Pays-Bas en qualifications, puis l'Autriche, puis l'Angleterre... Où vous arrêterez-vous?
"Comme nous l'avons dit avant le début du tournoi, si nous sommes bien préparés, si nos joueurs ont la bonne attitude, nous pouvons battre n'importe qui. Mais nous sommes aussi réalistes, nous savons que même en produisant le meilleur match de notre vie nous pouvons perdre contre des équipes comme l'Espagne, la France ou l'Angleterre."

Où avez-vous trouvé les ressources pour surmonter ce but encaissé très tôt?
"Cela a été le moment clef du match. Cela a été un choc de prendre un but si vite, pour être honnête, mais visiblement notre égalisation rapide a eu plus d'effet sur l'Angleterre. Ils voulaient nous étouffer dès le début, cela a beaucoup pesé sur le match que nous ayons égalisé juste après. Je me demande comment le match aurait tourné si nous n'avions pas marqué si vite. Psychologiquement ç'a été très important."

Cette confiance est-elle la grande force de votre équipe?
 "Si vous voulez obtenir le meilleur de la vie, il faut être prêt quand l'opportunité se présente. Nos joueurs ont su saisir celle qu'ils avaient dans les mains. Ce match va changer leur vie, c'est un jour dont on leur parlera toute leur vie, et nous avons une chance d'en ajouter un autre dans une semaine."

Comment avez-vous trouvé vos deux défenseurs centraux?
"La charnière a été magnifique, depuis le début du tournoi ils ont très bien défendu. Je ne serais pas surpris que des grandes équipes viennent les chercher."

Comment voyez-vous l'équipe de France?
"Ce sera un très gros match, mais moins teinté de l'amour que nous avons pour le foot anglais, peut-être le match de ce soir signifiait-il plus pour nous, nous regardons du foot anglais depuis que nous sommes petits. Mais la France, nous prenons aussi. Maintenant que nos joueurs ont franchi cette haie, tout paraîtra moins haut, et leur confiance va croître."
 

Mercredi 29 Juin 2016

Lu 585 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs