Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forum national des jeunes contre la corruption : Pour un Maroc de transparence et d’égalité des chances




Forum national des jeunes contre la corruption : Pour un Maroc de transparence et d’égalité des chances
Le Centre de l’enfance et de la jeunesse de Bouznika a abrité récemment la troisième édition du Forum national, ayant choisi comme projet de débat «Contre la corruption pour une société équitable et transparente».
Cette rencontre, organisée par l’Association Chouâla de l’éducation et de la culture, en collaboration avec la délégation de l’Union européenne, a été rehaussée par la présence de nombreux participants représentant les différentes régions du Royaume.
La séance d’ouverture de ce forum a été marquée par l’allocution de Mohamed Amadi, président de Chouâla, dans laquelle il a insisté sur les défis de l’Association qui mise sur la jeunesse, tout en renouvelant sa confiance quant aux créations, suggestions et opinions de la génération à venir.
Lors de son intervention, la directrice du projet, Fadoua Amahrach, a présenté le programme d’action et les objectifs escomptés de ce forum. Sachant que l’édition de Bouznika a connu un niveau de débat élevé et des ateliers dûment animés, grâce au concours de la Jeunesse du Forum national pour une jeunesse marocaine citoyenne. Sachant que cette rencontre a été marquée par la contribution de Kamal Hachoumi qui est revenu sur son expérience de directeur du projet.
Les travaux des commissions ont constitué la clé de voûte de ce forum. Plusieurs thèmes ont été traités comme «Egalité des chances et moralisation du service public», «Techniques de sensibilisation et mobilisation contre la corruption» et «Les méthodes de légiférer pour éradiquer la corruption», encadrés respectivement par Hicham Ouzay, Hakim Filali et Abdelaziz Rdidi.
Ce Forum a été aussi l’occasion pour l’ensemble des participants d’évoquer le parcours de l’Association Chouâla. La longue histoire de cette Association  qui a toujours œuvré au service de l’enfance et de la jeunesse a été retracée dans l’exposé de Jamal Falah, membre du bureau central.
La dernière journée de ce forum a connu la présentation des travaux des commissions, l’adoption du plan d’action conformément aux objectifs du projet, ainsi que l’élection du bureau du Forum de la jeunesse nationale de l’association, dont trois membres  féminins.
La séance de clôture a été marquée par une rencontre avec Abdelmaksoud Rachdi, président fondateur de l’Association Chouâla. Une rencontre au cours de laquelle ont été passés en revue le rôle des projets dans le renforcement des compétences, la concrétisation des valeurs des choix de l’Association, sans omettre d’évoquer d’autres projets réalisés par Chouâla avec des partenaires locaux, régionaux, nationaux et internationaux.
Dans son intervention, Abdelmaksoud Rachdi a mis l’accent sur l’autoformation dans les domaines culturel et éducatif, en plus de l’importance qui doit être accordée à l’apprentissage des langues. Il a aussi fait part de la crédibilité de l’Association Chouâla qui a toujours travaillé avec toutes les catégories d’âge, tout en adhérant aux projets qui sont au service de l’enfance, de la jeunesse et de la Nation. Et de conclure son intervention en affirmant que Chouâla est une école qui contribue à l’éducation pour la citoyenneté et les valeurs de liberté et de démocratie en vue d’édifier un Maroc de transparence et d’égalité des chances.

MOHAMED QUAMAR
Vendredi 1 Octobre 2010

Lu 2383 fois


1.Posté par MSC le 08/06/2011 20:10
La fausse transparence d' Al Omrane Marrakech


Depuis la nomination du dernier directeur d’Al Omrane Marrakech il ne se passe rien, en dehors des rumeurs incessantes et un climat de délation et de règlement de comptes qui démobilise tous les employés de l'institution.
Une situation d'attentisme insupportable. Personne ne sachant ce qu'il va devenir, ni à quoi il va être condamné, aucune décision ne peut être prise et aucune responsabilité engagée. C'est la paralysie totale.
La direction est en effet tente par tous les moyens de respecter "le pacte de Ouarzazate" pour protéger les intérêts de tous ceux qui se sont gavés et remplis les poches durant des années et éventuellement faire le grand nettoyage avant les nouvelles réformes. Elle organise quotidiennement d' interminables réunions de passations très délicates tant l' équation est difficile.
En effet, comment mettre en place un organigramme, créer des postes fictifs, uniquement pour protéger les siens?. Comment rendre invisibles des cadres corrompus connus de tous, sans donner l'impression de les punir et de les désigner clairement et ouvertement comme coupables ?.

C'est le Jeu habile de chaises musicales. Mise au placard de cadres pourtant incontournables il y'a seulement quelques mois et éclatement de l'institution en annexes, pour éloigner de leur lieu de forfaiture les coupables, en espérant que moins exposés, ils se feront oublier.
Comment d'un autre coté les remplacer par des cadres discrets et "loyaux" ? Par du sang neuf. Il faut avoir le courage de faire table rase d'un passé peu glorieux. Ce n'est malheureusement pas la voie choisie par la nouvelle direction. Ce sont les mêmes cadres et les mêmes managers qui ont été repris dans la nouvelle réorganisation d'Al Omrane. Une erreur stratégique, selon certains observateurs. «Comment espère-t-on moderniser cette nouvelle entité et lui donner un nouvel élan si ce sont toujours les même qui sont systématiquement appelés au secours et au chevet d'une entreprise d'état où depuis sa création, il n'y a pas un jour où un nouveau scandale vient défrayer la chronique, sans compter les différents aspects de ses dysfonctionnements qui prennent des tournures politico-judiciaires impliquant des hauts responsables d'Al Omrane, et de l'état chérifien.

La recherche du profit individuel, l’évasion fiscale et la corruption d'Al Omrane ont déjà été mis à l'index et fermement dénoncés dans le rapport mondial sur la corruption de Transparency International.

Depuis l'euphorie de cet air de liberté qui a soufflé sur les pays arabes et sur notre royaume, les langues se sont déliées et chacun tente de "ne pas en être" et juste de sauver sa peau. C'est ainsi que nous avons reçu le témoignage accablant et renseigné d'un "repenti" sur un autre volet quasi mafieux des pratiques d' AL Omrane Marrakech et dont voici des extraits. La version intégrale avec les noms des intéressées est entre les mains de la justice. Des enquêtes sont en cours dans les trois principales villes du sud du royaume.

"Le pacte de Ouarzazate" est un mystérieux accord entre les membres d'un groupe qui a tissé sa toile dans les arcanes de d’Al Omrane. Directeurs généraux et hauts responsables d’ Al Omrane, majoritairement originaires de Ouarzazate et opérant à des postes clés dans les directions régionales de l’axe, Marrakech, Agadir et Ouarzazate et qui ont un véritable pouvoir dans l'institution.

Véritable groupe de pression et de lobbying, Il compte plusieurs entreprises de construction « agrées », savamment sélectionnées dans chaque région pour quadriller tout le territoire et bénéficier ainsi avec largesse des marchés d’Al Omrane.
Pour avoir les marchés d'Al Omrane, d'autres sociétés se trouvent obligés, par « le clan » de se fournir et de travailler en sous traitance pour les entreprises « élus » au prix fort et à des conditions, cette fois draconiennes.

Mais c'est l'heure du grand nettoyage. Ces entreprises ont une durée de vie courte, deux ans maximum après , elles sont dissoutes comme la SC2A à Agadir ou la CCH à Ouarzazate, ou changent de nom comme la SACNI PREFA à Marrakech, la seule qui résiste encore car les précautions ont été renforcées. Cette société tentaculaire qui a connu une ascension fulgurante qui a attisé la curiosité et le soupçon de plusieurs des ses concurrentes. C'est une émanation pure et simple du clan pour faire encore et toujours plus de bénéfices.
Totalement inconnue, elle était pourtant adjudicataire de plusieurs projets d'Al Omrane souvent surdimensionnés pour elle. Apparemment basée à Marrakech, elle a des filiales à Agadir et à Ouarzazate sous des raisons sociales différentes, elle s'est spécialisée récemment dans le marché lucratif du négoce des matériaux et matériel de construction de l’occasion "fournisseur" de la majorité des entreprises sous-traitantes d'Al Omrane. Achetés au plus bas prix en Italie, ils sont rebondissions et facturés au prix du neuf pour dégager un maximum de profit pour une caisse noire qui alimente des comptes secrets à Bologne, en Italie pour chacun des membres du « pacte ».

Pourquoi ne pas avoir le courage de nettoyer et juger les coupables (corrupteurs et corrompus) connus de tous, qui ont fait d'immenses fortunes grâce à un véritable commerce de leur fonction.
Tout le monde sait que l’attribution des lots et des unités construites se faisait dans un climat douteux, où les collaborateurs des AL Omrane, les walys, les gouverneurs, les collectivités locales et les administrations, les entreprises véreuses, se servaient dans une impunité totale»
Sous tutelle d'un ministère et sous couvert d'une institution qui revendique sa vocation sociale AL Omranre a mis en confiance le simple citoyen pour mieux le taxer et le plumer dans sa modeste quête d'un logement décent.

Comment alors dénoncer un système ou tout le monde se trouve impliqué ?
La "nouvelle justice" de la nouvelle constitution nous le dira… elle n'aura plus droit à l'oubli …

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs