Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte présence du cinéma marocain à Ouagadougou




Le Maroc qui a réalisé d’importants progrès en matière d’industrie cinématographique et qui constitue l’un des trois piliers de la production cinématographique africaine aux côtés de l’Egypte et l’Afrique du sud, sera représenté en force lors de la 22ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision (FESPACO), prévue du 26 février au 05 mars prochains à Ouagadougou.
Le Royaume devenu l’une des destinations de tournage préférées des cinéastes étrangers, en raison d’une proximité idéale de l’Europe et des Etats-Unis, un climat idoine, une diversité de paysages et d’ethnies, une lumière naturelle incomparable, mais surtout des facilités, en termes d’infrastructures et de procédures administratives, accordées aux cinéastes étrangers, sera représenté par trois films qui seront en lice pour la compétition officielle du long-métrage. Il s’agit de “La Mosquée” de Daoud Oulad-Syad, “Dar Lakbira” de Latif Lahlou et “Pégase” de Mohamed Mouftakir.
Le cinéma marocain, qui a connu un nouveau souffle grâce à l’”émergence d’une jeune génération de cinéastes, offrant du sang neuf à l’industrie nationale, sera ainsi au rendez-vous pour une rayonnante participation à cette grand-messe du 7ème art africain.
Lors de cette 22ème édition, lancée officiellement, samedi à Tanger où se déroule le 12ème Festival national du film, un total de 111 films, sur 475 inscrits, seront en compétition dans les différentes sections retenues par les organisateurs : longs métrages (18), courts métrages (13), documentaire (22), TV-Vidéo (24), séries (13), diaspora (10), films d’école (11). Onze pays sont représentés dans la compétition officielle ‘’Long métrage’’ pour décrocher l’Etalon de Yennenga, Grand prix du Festival
Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision a été créé en 1969 à Ouagadougou, à l’initiative d’un groupe de cinéphiles. L’engouement et l’espoir qu’il a suscités auprès du public et des cinéastes d’Afrique, a permis d’institutionnaliser le FESPACO le 07 janvier 1972.
A partir de la 6è édition, il devient biennal, débutant le dernier samedi de février de chaque année impaire.
La 22-ème édition connaîtra la participation de milliers de professionnels du cinéma, tous domaines confondus. Les festivals partenaires, les médias internationaux et les cinéphiles sont attendus.
Cette manifestation vise à favoriser la diffusion de toutes les oeuvres du cinéma africain, à permettre des contacts et des échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, et à contribuer à l’essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d’expression, d’éducation et de conscientisation.
De plus, le FESPACO a également pour  rôle d’organiser des projections à but non lucratif dans des zones rurales de Burkina Faso en partenariat avec les ONG, les associations, les écoles et autres institutions publiques et privées remplissant ainsi l’objectif de promouvoir le cinéma africain dans les festivals internationaux et d’organiser diverses manifestations autour du cinéma africain.

Mohamed Bouzakri (MAP)
Mardi 25 Janvier 2011

Lu 103 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs