Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte hausse des déchets électroniques produits par l'Asie




L'augmentation du niveau de vie en Asie s'accompagne d'une hausse préoccupante de la quantité de déchets électroniques générés par le continent, selon une étude de l'ONU qui s'inquiète de leur impact sanitaire et environnemental.
La quantité de déchets d'équipements électriques et électroniques générée en Asie a augmenté de 63% en cinq ans, selon ce rapport publié dimanche par l'Université des Nations unies, qui lance un appel à l'amélioration urgente des procédures de recyclage et de retraitement."Pour un grand nombre de pays qui manquent d'infrastructures de gestion environnementalement durable des déchets électroniques, l'augmentation des volumes est inquiétante", déclare le responsable du programme sur les cycles durables de l'Université des Nations unies, Ruediger Kuehr, co-signataire du rapport.
Pendant des années, la Chine et plusieurs pays de la région ont été les décharges dans lesquelles les pays développés déversaient leurs produits électroniques usagés, qui étaient "recyclés" dans des usines bon marché où l'environnement et la santé des travailleurs étaient tout sauf une préoccupation. Mais ces dernières années, selon le rapport, l'Asie est elle-même devenue une source majeure de déchets électroniques, du fait de l'avènement d'une classe moyenne consommant de plus en plus de téléphones, tablettes, ordinateurs, réfrigérateurs ou télévisions.
Entre 2010 et 2015, la Chine a plus que doublé sa quantité de déchets électroniques. Par habitant, ce sont les Hongkongais qui en génèrent le plus, avec en moyenne 21,7 kg en 2015. Singapour et Taïwan arrivent ensuite avec 19 kg par personne en 2015. Le Cambodge, le Vietnam ou les Philippines en revanche font partie des pays étudiés qui génèrent le moins de déchets électroniques (moins d'1,5 kg par personne en 2015).
Faute de structures conformes de retraitement, le recyclage des déchets électroniques en Asie continue de se faire dans des conditions extrêmement néfastes pour l'homme et l'environnement. Les acides utilisés pour séparer les métaux dans les composants électroniques ont des conséquences sanitaires graves pour les travailleurs mal protégés qui les inhalent ou les touchent.
Dans la ville chinoise de Guiyu, dans la province du Guangdong (sud), dont l'économie entière tourne autour du retraitement des déchets arrivant de l'étranger, les métaux lourds ont contaminé l'eau et l'air. Une étude de chercheurs d'une université locale a montré de fortes concentrations de plomb dans le sang des enfants de la ville.

Jeudi 19 Janvier 2017

Lu 528 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs