Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte de ses performances économiques et commerciales : La RAM poursuit son envol avec sérénité




Forte de ses performances économiques et commerciales : La RAM poursuit son envol avec sérénité
Tant attendue, la sortie médiatique de la RAM -Royal Air Maroc- est venue couper court aux rumeurs et spéculations qui, sans raison, entachent l’image de marque de la compagnie nationale. 2ème compagnie aérienne du continent, après l’Afrique du Sud, et 3ème plateforme au monde pour le trafic entre l'Europe et l'Afrique après Paris et Londres, la RAM ne manque pas d’atouts et de cartes maîtresses pour conforter son développement et assurer sa pérennité. Les performances économiques et commerciales réalisées durant le dernier septennat traduisent les succès et le bien-fondé des stratégies mises en place.
Abderrafie Zouitni, DGA commercial, l’affirme clairement : RAM poursuit son développement avec sérénité et réalisme. En effet, sur la période 2004-2010, la compagnie a su développer sa taille. Le réseau, a-t-il rappelé, est passé de 52 à 70 destinations ; la flotte compte aujourd’hui 54 appareils au lieu de 29, avec un trafic qui a pratiquement doublé, passant de 3,2 à 6,1 millions de passagers et un chiffre d’affaires additionnel annuel moyen de 1 milliard DH.
M. Zouiten, qui exposait les grands axes de la politique commerciale de la RAM lors d'une rencontre avec la presse nationale à Marrakech, a particulièrement mis l’accent sur la résilience de la compagnie qui a pu, en pleine crise, préserver ses fondamentaux mieux que d’autres compagnies. Par ailleurs, la RAM, a-t-il ajouté, a su tirer profit de l’ «Open Sky» et de la libéralisation du ciel, en enregistrant une croissance continue de ses activités.
Pour illustrer la posture dynamique de Royal Air Maroc, le n°2 de la compagnie devait rappeler qu’en 2009, lorsque le transport aérien commençait à subir une crise profonde, «la RAM a augmenté son offre, développé son réseau et substantiellement sa flotte (10 avions acquis pour la seule année 2009). La compagnie, soulignait-il, dans une démarche volontariste, voulait aller de l’avant. «Cette stratégie est, par ailleurs, alignée sur les priorités nationales, pour accompagner les plans de développement du pays (Plan Emergence dans l’aéronautique, Vision 2020 pour le tourisme, développement des exportations, régionalisation avancée…), a-t-il précisé, notant que cette stratégie porte notamment sur le développement de l'offre en capacités et en partenariats, l'ouverture de nouvelles destinations non fréquentées par les low cost et le développement du Hub de Casablanca, qui est une référence dans la région et la 3ème plateforme au monde pour le trafic entre l'Europe et l'Afrique après Paris et Londres. M. Zouiten a fait remarquer qu'avec près de 30 dessertes africaines, hors Maghreb, le réseau de la RAM constitue "un maillon stratégique du rayonnement Sud-Sud du Royaume".
Au plan national, la compagnie est en train de développer le réseau intérieur avec "RAM Express", filiale au service de la régionalisation avancée, et le développement du fret aérien où la compagnie joue un rôle d'accompagnement des opérateurs économiques engagés dans le commerce intérieur, a-t-il poursuivi.
Le responsable de la RAM a, en outre, signalé que les axes de développement 2010 de son Groupe gravitent autour du déploiement sur de nouveaux marchés en Europe du Nord, du Centre et de l'Est, l'Asie et l'Amérique du Sud ainsi qu'autour du lancement de nouvelles lignes aériennes en vue de faciliter le transport de la communauté marocaine à l'étranger, dont Vérone (Italie), Zurich (Suisse), Munich (Allemagne), Malaga (Espagne), Varsovie (Pologne) et Moscou (Russie). Il a également fait part de l'augmentation de l'offre en pointe dans le but de répondre aux attentes des MRE.
Pour ce qui est des perspectives d'avenir, le responsable a fait savoir que le Groupe RAM dispose d'un plan "ambitieux" de développement portant notamment sur "une stratégie long courrier agressive avec un double quotidien sur New York et Montréal, un quotidien sur Beyrouth et des dessertes directes long et moyen courriers (Washington, Johannesburg, Pékin, Vienne, Prague, Budapest et Athènes notamment) ".
Il y a lieu de noter que cette rencontre avec la presse est organisée volontairement à la veille de la période de «pointe», qui coïncide avec la phase retour des MRE et les départs de la Omra. Une occasion saisie par le top management pour mettre en exergue toutes les mesures et les dispositions mises en place à même d’assurer une gestion fluide du trafic à travers le renforcement du personnel et la mobilisation de toutes les parties prenantes.

RAM Express pour relier les régions

Filiale à 100 % de Royal Air Maroc, RAM Express est une compagnie qui a été créée en 2009 en vue d’assurer exclusivement le transport aérien domestique et la desserte  des régions avoisinantes (Iles Canaries et Lisbonne au Portugal).  Dotée d’une flotte adaptée (composée essentiellement d’appareils type ATR 42 et ATR 45), RAM Express a pour vocation de disposer d’un réseau de transport aérien domestique reliant l’ensemble des plates-formes aéroportuaires nationales, avec des niveaux de fréquence élevés et des horaires de vols  plus commodes pour les clients. L’activité de la filiale s’inscrit en parfaite symbiose avec les attentes des collectivités territoriales, en tant qu’instrument d’appui et d’accompagnement du développement régional à même de créer une dynamique de croissance du marché intérieur du transport aérien.

Une pointe «été 2010» de haute importance

Pour l’année 2010, la pointe été revêt une importance particulière en ce sens qu’elle coïncide avec deux opérations concomitantes : phase retour des MRE et départs pour la Omra Ramadan. La préparation de cette période se fait en étroite collaboration avec l’ONDA. En effet, plusieurs réunions de travail ont été tenues, confirme-t-on auprès des responsables de la RAM, en vue d’améliorer la qualité des actions et des prestations au profit des clients dans les aéroports et coordonner les efforts pour une meilleure gestion des irrégularités et de l’information des passagers.

Le CCO au cœur du système d’exploitation

Le Centre de Contrôle des Opérations -CCO- est au cœur du système d’exploitation de la compagnie. Acteur clé de la réalisation du programme des vols, le CCO, nous confie Abderrahmane Sadouk, patron du système, assure la finalisation de tous les actes de régulation permettant d’anticiper et de limiter l’impact des irrégularités sur les clients tout en minimisant les coûts qu’elles génèrent. Le rôle du CCO est de veiller au bon déroulement du programme des vols le jour « J », et de réguler l’ensemble de l’exploitation aérienne de la RAM. Cette régulation se fait, précise M. Sadouk, en coordination avec les différentes entités impliquées dans la chaîne d’exploitation : l’escale, la technique (maintenance), et l’entité qui gère le personnel navigant. Toutes ces entités dialoguent ensemble dans le cadre du processus de gestion du programme des vols.

JAWAD LAGHRISSI
Vendredi 28 Mai 2010

Lu 879 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs