Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Formation d’un nouveau gouvernement à Damas : Un avion turc abattu et seize soldats tués




Formation d’un nouveau gouvernement à Damas : Un avion turc abattu et seize soldats tués
Seize soldats ont été tués dimanche à l’aube dans des combats avec des rebelles dans la province d’Alep, dans le nord de la Syrie, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui a par ailleurs fait état de la mort d’un civil et de trois insurgés.
«Au moins 16 soldats ont péri dans des combats avec des rebelles, qui se sont déroulés à Daret Azza, à la périphérie d’Atareb et près d’un barrage militaire dans le village de Kafar Halab», a précisé l’OSDH.
L’organisation a indiqué en outre qu’»un certain nombre de soldats» avaient fait défection dans cette région, après une attaque des rebelles contre un escadron. «Les rebelles ont saisi beaucoup d’armes», a ajouté l’OSDH.
Alep, deuxième ville de Syrie, est restée longtemps à l’écart du mouvement de contestation anti-régime lancé en mars 2011, avant de se mobiliser progressivement, sous l’influence notamment des étudiants de l’université.
Des milliers de manifestants défilent désormais quasi-quotidiennement dans les villes de la province d’Alep, appelant à la chute du régime de Bachar al-Assad, selon l’OSDH et des militants sur place.
Par ailleurs, à Homs (centre), deux rebelles ont péri dimanche dans des combats à l’aube avec des soldats à la périphérie du quartier de Baba Amr, pris en mars par l’armée. Un civil a été tué dans la rue Sittine.
Plus au nord, dans la province de Lattaquié (nord-ouest), un rebelle a péri dans les combats qui se déroulaient dans la Montagne kurde, selon la même source.
Le président de l’OSDH Rami Abdel Rahmane a déploré le déferlement des violences en Syrie où «personne ne contrôle rien».
«Il est devenu normal d’avoir 100 morts tous les jours», a-t-il déclaré à l’AFP, en dénonçant l’»absence de décisions de la communauté internationale» au sujet de la crise en Syrie.
Le régime a intensifié ces derniers jours la répression avec le pilonnage sans relâche des bastions rebelles à Homs, Deir Ezzor (est), Idleb (nord-ouest), Deraa (sud) et près de Damas, des assauts et des opérations sécuritaires, selon l’OSDH.
Samedi a encore été une journée particulièrement sanglante avec la mort d’au moins 116 personnes, dont 77 civils, a précisé l’OSDH.
D’autre part, un nouveau gouvernement dirigé par l’ancien ministre de l’Agriculture Riad Hijab a été formé samedi en Syrie, a annoncé la télévision d’Etat syrienne, plus d’un mois et demi après des législatives boycottées par l’opposition et remportées par le parti Baas au pouvoir.
Le président Bachar al-Assad a promulgué un décret sur la composition du nouveau gouvernement où les ministres des Affaires étrangères Walid Mouallem et de l’Intérieur Mohammad Ibrahim al-Chaar gardent leurs postes, précise la télévision. Le ministre de la Défense Daoud Rajha, âgé de 64 ans, en fonction depuis août, conserve également son poste. Il fait partie des personnes sanctionnées par les Etats-Unis qui dénoncent la répression très violente par le régime syrien du mouvement de contestation.
 
Un avion turc abattu dans 
l’espace aérien syrien
Bachar al-Assad avait chargé le 6 juin Riad Hijab de former un nouveau gouvernement après les législatives de mai, qualifiées de «mascarade» par l’opposition et les pays occidentaux qui dénoncent la répression de la révolte par les forces syriennes. Depuis le début de la révolte en mars 2011, les violences ont fait plus de 15.000 morts en Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.
Le régime de Bachar al-Assad a reconnu samedi avoir abattu un avion de chasse turc, entré selon lui dans l’espace aérien de la Syrie, et intensifié ses attaques contre les fiefs rebelles à travers le pays. L’incident, le premier du genre depuis le début de la révolte en Syrie en mars 2011, vient envenimer les relations déjà tendues entre les deux pays voisins autrefois alliés, Ankara critiquant sévèrement la répression de la contestation. La Turquie a reconnu samedi que l’avion de chasse turc abattu la veille par la Syrie a pu violer l’espace aérien de ce pays, dans une note apaisante après ce grave incident qui attise les tensions entre Ankara et Damas et menace de lourdes conséquences internationales. Sur le terrain, les violences ont fait 15 morts samedi matin, dont une majorité de civils, notamment dans des bombardements de bastions insurgés dans la région de Homs (centre), au lendemain d’une nouvelle journée sanglante où 116 personnes ont péri, selon une ONG syrienne.
Agences
 

Libé
Lundi 25 Juin 2012

Lu 315 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito








www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs





Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma