Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forces africaines et respect des Constitutions à l'agenda du sommet Afrique-France à Bamako

Plus de 10.000 hommes sont mobilisés pour la couverture sécuritaire




Un sommet Afrique-France s'ouvre aujourd’hui à Bamako, sous état d'urgence, au moment où Paris insiste sur la nécessité d'une défense africaine et le respect des règles constitutionnelles sur le continent.
Plus de 30 chefs d'Etat et de gouvernement, d'Afrique francophone mais aussi anglophone, sont attendus aujourd’hui  et samedi pour ce sommet placé sous le thème du partenariat, de la paix et de l'émergence, dans la foulée d'une conférence des ministres des Affaires étrangères et d'un forum économique.
"Plus de 10.000 hommes sont mobilisés pour la couverture sécuritaire, dont 700 pour la sécurité des hautes personnalités", a indiqué le président du comité d'organisation, Abdoullah Coulibaly.
Afin de faciliter les déplacements, la circulation alternée sera mise en place sur les principaux axes à Bamako, dont l'accès a été  interdit aux poids lourds dès jeudi, et vendredi est exceptionnellement chômé.
Pour François Hollande, il pourrait s'agir de son chant du cygne sur le continent africain, où le président français n'a pas prévu de revenir avant la fin de son mandat, en mai 2017.
Son message: "Les engagements pris au sommet de l'Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique (en décembre 2013) ont été tenus", qu'il s'agisse de formation militaire, des programmes de développement ou de la participation de l'Afrique à la COP21.
Mais il devrait aussi faire le point sur les opérations militaires françaises au Mali et en Centrafrique et la situation sécuritaire dans ces deux pays.
L'objectif fixé en 2013 de former 20.000 militaires africains par an a été non seulement atteint, mais dépassé en 2016, leur nombre devant être de l'ordre de 25.000 dans les trois prochaines années, précise-t-on à Paris.
Ces programmes de formation qui visent à diminuer la fréquence des interventions militaires de Paris sont désormais la mission principale de certaines bases françaises en Afrique, comme celles de Dakar, Libreville ou Djibouti.
Mais les besoins restent immenses. Le Mali ne dispose actuellement que d'environ six bataillons opérationnels, largement insuffisants pour contrôler un territoire d'1,2 million de km2 sans l'appui des forces de l'ONU et de l'opération française Barkhane, selon les mêmes sources.
Parmi les grands absents du sommet : le président soudanais Omar el-Béchir, recherché par la Cour pénale internationale - juridiction de plus en plus contestée en Afrique - le Gambien Yahya Jammeh qui n'a pas été convié et le Congolais Joseph Kabila, retenu par la formation d'un nouveau gouvernement.
Yahya Jammeh entend rester au pouvoir après l'expiration de son mandat le 19 janvier, le temps que la justice statue sur ses recours électoraux, tandis que Joseph Kabila a obtenu une prolongation de son mandat jusqu'à l'organisation d'une présidentielle à la fin de l'année.
Ces deux dossiers rappellent "la nécessité de faire encore mieux respecter les Constitutions et d'avoir des élections plus transparentes, un thème fort évoqué à plusieurs reprises par François Hollande", souligne-t-on à Paris.
La question des migrants africains en Europe, source fréquente de tensions entre pays européens et africains, sera également à l'ordre du jour, mais il ne sera pas question de discuter d'éventuels accords de réadmission des migrants expulsés, a-t-on souligné de sources diplomatiques.
Une polémique avait éclaté entre les Pays-Bas et le Mali en décembre après la publication par la diplomatie néerlandaise d'un communiqué saluant la conclusion, lors d'une visite du ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas, Bert Koenders, d'un accord entre l'Union européenne (UE) et le Mali sur le "retour des demandeurs d'asile refusés".
Le Mali avait vigoureusement démenti, tandis que les Pays-Bas évoquaient un accord de principe.
L'UE cherche à négocier avec plusieurs pays africains à forte émigration des accords de renforcement de la coopération économique en échange du rapatriement de leurs ressortissants.
Au chapitre du développement, l'objectif fixé en 2013 d'un engagement de 20 milliards d'euros sur cinq ans via l'Agence française de développement (AFD), sous forme de prêts et de dons, soit quatre milliards par an, a été réalisé, avec 12 milliards sur les trois premières années, selon Paris.
L'engagement doit cependant être porté à 5 milliards d'euros par an à l'horizon 2019, selon des sources diplomatiques françaises.

Vendredi 13 Janvier 2017

Lu 983 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs