Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Florence Arnold, artiste peintre : Des corps qui s'expriment au-delà de toute pudeur




Florence Arnold, artiste peintre : Des corps qui s'expriment au-delà de toute pudeur
"Je ne me suis jamais posé de questions par rapport à l'interlocuteur marocain ou d'ailleurs. Ces questions ne me viennent jamais à l'esprit peut-être parce que j'ai grandi dans différents pays d'Afrique Noire ; je me sens bien partout ; on parle tous le même langage ; on cherche tous la même chose...Au Maroc, je me sens chez moi", affirme Florence Arnold en réaction à une question de Libé qui l'a rencontrée et interviewée à l'occasion de sa courte exposition organisée à Dar Souiri, dans le cadre de la neuvième édition du Printemps musical des alizés. Avec ses corps nus mais conjuguant une vision des choses au ton plein de   sensualité, Florence a su bousculer les représentations  des visiteurs de cette exposition qui a franchi le cap de la pudeur mais  sans tomber dans la pornographie.
"Les corps expriment notre âme, nos sentiments, notre histoire, le corps dans l'espace......Il y a des corps sans vie et pourtant vivants et d'autres qui remplissent par leur vie intérieure un espace....Je ne pense pas  que mes corps sont choquants ; ils ne sont que sentiments. J'ai peint des nus et depuis peu, des corps....des êtres, hommes ou femmes. Peut-être est-ce mon histoire mais, celle de tant de personnes...La motivation c'est l'amour, l'amour est le moteur de la vie", ajoute Florence qui pense aller à contre-courant.
"Je peins ce qui me touche, les émotions, la sensibilité, la délicatesse, le romantisme, la beauté de l'amour et la tristesse que l'on ressent quand une histoire se termine...la déchirure, la souffrance, que plus rien n'a de goût, que l'essentiel a disparu...."
Florence Arnold est née en France mais a fait  ses premiers pas sur le continent africain où résidait sa famille. De la Côte d'Ivoire au Maroc, en passant par le Cameroun et l’Algérie. Elle a vécu au Royaume jusqu'en 1993 avant de remettre le cap sur l'Europe. Elle passe alors près d'un an à Londres, puis quelques années au sud de la France avant un bref retour au Maroc, prenant son élan comme pour mieux rebondir vers la Californie et la baie de San Francisco. Elle se considère citoyenne du monde mais a décidé de poser ses valises au Maroc, pays qui lui est cher.

Abdelali Khallad
Mercredi 29 Avril 2009

Lu 1063 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs