Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Flambée spectaculaire des prix des bijoux : L’or bat de nouveaux records




Flambée spectaculaire des prix des bijoux : L’or bat de nouveaux records
Le prix de l’or bat de nouveaux records sur le marché local. «Le prix du gramme a atteint quatre cents dirhams  à la vente, soit une hausse de 100 dirhams par rapport au prix enregistré au mois de juillet. Le prix à l’achat varie entre 320 et 350 DH. Tout dépend s’il sera dissout pour fabriquer de nouveaux modèles ou s’il sera revendu directement », nous a indiqué un bijoutier ayant pignon sur rue à Casablanca.
Vu la flambée de prix, il y a crise. Ses clients sont devenus de plus en plus rares.
A l’ancienne médina de Casablanca, à « D’haïbiya », un quartier qui regroupe des échoppes de bijoutiers, plusieurs vendeurs ont préféré baisser leurs rideaux en cette période de crise pour profiter de vacances forcées qui coïncident  avec le mois sacré de Ramadan. Les bijoutiers qui ouvrent encore leurs magasins, attendent, l’ennui sur leurs visages, qu’un client leur tombe du ciel.
Les rares personnes qui franchissent leurs portes le font généralement pour vendre leurs bijoux. L’Amine des bijoutiers de la place nous a confié que « le prix du gramme flambe à cause de hausse du prix de l’once chez les grossistes ».
Ces derniers ont-ils augmenté leurs prix à cause de la flambée des titres aurifères à l’international ?
Rien n’est moins sûr. Le cours de ce minerai au Maroc évolue, en effet, presque en vase clos, notamment du fait que l’approvisionnement en matière première de l’industrie nationale de la bijouterie ne dépend que marginalement de l’importation et reste en grande partie lié au recyclage des bijoux. Cela fait que le marché local est doté d’une logique propre qui peut parfois paraître paradoxale.
La preuve, alors qu’à l’international la demande de l’or, sous toutes ses formes, augmente consécutivement à l’actuelle phase de hausse des prix, la demande marocaine de bijoux en or maintient une tendance baissière comme le relatent plusieurs bijoutiers, qu’ils soient établis dans les quartiers populaires ou qu’ils aient pignon sur rue dans les plus chics galeries commerciales.
Ce n’est toutefois pas suffisant pour fermer leurs commerces. « Notre métier est là puis il y aura toujours une réparation à faire sur un bijou en or », nous a précisé un bijoutier. 

Oussama MEZIATY
Samedi 13 Août 2011

Lu 789 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs