Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fine de la campagne électorale en Algérie

Deux morts en 24h dans des affrontements dans le sud du pays




Fine de la campagne électorale en Algérie
La campagne pour l'élection présidentielle de jeudi en Algérie s'est achevée hier dimanche après des échanges d'une rare violence, le président sortant Abdelaziz Bouteflika accusant de "terrorisme" son principal rival Ali Benflis, qui n'a cessé de dénoncer les risques de fraude.
Les Algériens sont appelés aux urnes jeudi pour élire leur président au cours d'un scrutin a priori sans surprise, M. Bouteflika apparaissant comme le grand favori malgré ses ennuis de santé qui l'ont empêché de mener lui-même campagne.
Les émissaires du président, parfois empêchés de s'exprimer par des opposants à un 4e mandat pour M. Bouteflika, devaient clôturer la campagne dans une salle blanche du complexe olympique de Chéraga, à l'ouest d'Alger, tandis que M. Benflis devait réunir ses partisans au stade municipal de Rouiba (est).
Absent de la campagne entamée le 23 mars, M. Bouteflika y a apporté samedi soir un ton tout à fait inattendu lors d'une audience accordée au chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Garcia-Margallo.
D'une voix faiblement articulée, selon les images diffusées par la télévision, il a accusé M. Benflis d'avoir appelé à la violence, osant même le terme de "terrorisme".
 "Qu'un candidat vienne menacer les walis (préfets) et les autorités", disant "de faire attention à leurs familles et à leurs enfants en cas de fraude, cela veut dire quoi", a déclaré M. Bouteflika devant son hôte qui lui faisait remarquer que la campagne avait été dure.
 C'est "du terrorisme à travers la télévision", a souligné M. Bouteflika, observant en français que la campagne avait parfois "manqué d'élégance".
 Le président faisait allusion à des propos de M. Benflis mercredi sur les risques de fraude électorale.
 "La fraude est haram (illicite). Le faux et usage de faux est haram. Je m'adresse aux walis, aux chefs de daïras (sous-préfets) : vous avez de la famille, pensez à la préserver", avait-il dit.   "Soyez vigilants", avait également lancé M. Benflis à l'adresse des électeurs. "Ceux qui se sont habitués à spolier la parole du peuple, à détourner sa volonté, veulent garder leurs vieilles habitudes de la fraude", avait-il insisté.
Par ailleurs, u homme a été tué samedi matin à Ghardaïa, deuxième victime en moins de 24 heures des affrontements communautaires qui secouent cette région depuis plusieurs mois, a-t-on appris auprès d'habitants de cette ville du grand sud algérien.
Hassan Hadj-Chabane, un mozabite père de famille d'une quarantaine d'années, a été poignardé au petit matin, a déclaré à l'AFP, Hamou Mesbah de la fédération du Front des Forces Socialistes (FFS) de Ghardaïa
 C'est le deuxième mozabite tué en moins de 24 heures dans la région.

AFP
Lundi 14 Avril 2014

Lu 908 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs