Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fin des combats à Kaboul après l’assaut des talibans


La cible était un centre d’entraînement américain



Fin des combats à Kaboul après l’assaut des talibans
Les combats se sont terminés après plus de 8 heures d'assaut d'un bâtiment de la police afghane à Kaboul, attaqué lundi à l'aube puis occupé par un groupe de talibans, qui a fait au moins 8 morts, dont les 5 assaillants, et 18 blessés.
"C'est fini. Les deux derniers terroristes sont morts. La chance ne leur a même pas été donnée de faire sauter leurs vestes de kamikazes", a déclaré vers 14H30 (11H00 GMT) à l'AFP le général Mohammad Ayoub Salangi, chef de la police de Kaboul.
Les cinq membres du commando taliban avaient attaqué peu avant 6H00 (2H30 GMT) un bâtiment de la police routière dans la capitale.
Trois policiers ont été tués dans l'attentat suicide, qui a fait également quatre blessés chez les policiers, deux au sein des forces spéciales, et six parmi les civils, a déclaré le vice-ministre de l'Intérieur, le général Abdoul Rahman.
Selon un premier bilan donné par un porte-parole du ministère afghan de la Santé, 18 personnes, la plupart des civils, ont été blessées.
Zabiullah Mudjahid, le porte-parole des talibans, a revendiqué l'attaque dans un SMS envoyé à l'AFP. Celle-ci est d'après lui l'oeuvre "d'un grand nombre de fedayine" (kamikazes) et a "fait beaucoup de victimes". Sa cible était "un centre d'entraînement américain, un centre de la police et d'autres centres militaires", selon lui.
L'attaque contre le bâtiment de la police routière a débuté par l'explosion d'une voiture piégée, conduite par un kamikaze. L'explosion initiale était "très très importante, massive", a raconté un témoin à l'AFP. "Il y a des camions de pompiers, des ambulances et la police partout", a-t-il ajouté en milieu de matinée.
Puis "un groupe de terroristes (...) a essayé d'entrer dans le bâtiment de la police routière", a indiqué Mohammad Zahir, le chef de la police criminelle.
Deux d'entre eux ont été abattus, selon M. Zahir, alors que deux autres, repliés dans le bâtiment, ont continué à tirer sporadiquement sur les forces de l'ordre des heures durant. Les "unités spéciales" de la police ont été appelées en renfort pour traquer les assaillants, a précisé le général Salangi.
Un petit nombre de soldats étrangers s'est également rendu sur les lieux "pour aider les forces de sécurité afghanes", a indiqué un porte-parole de l'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan. "Mais les responsables afghans dirigent encore les opérations", a-t-il poursuivi, sans plus de détails.

AFP
Mardi 22 Janvier 2013

Lu 159 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs