Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fin de parcours pour les Monégasques en Ligue des champions




Monaco, quart de finaliste de la précédente édition, a été éliminé en barrage de la Ligue des champions par Valence, qui devient le 5e club espagnol qualifié pour la phase de groupes, comme le Shakhtar Donetsk, de justesse, mardi.
Battue 3-1 la semaine passée à Mestalla, l'ASM a marqué les deux buts nécessaires à réussir son pari. Mais elle en a aussi encaissé un, si bien que sa victoire à Louis-II s'avère insuffisante.
Monaco n'a donc pu complètement renverser une situation à ce point compromise que son équipe n'avait environ qu'une chance sur quatre de se qualifier.
Si les Monégasques étaient condamnés à l'exploit sur cette seconde manche, leur entame catastrophique, sanctionnée par l'ouverture du score précoce de Negredo, auteur d'un lob superbe après une mauvaise passe de Fabinho, a donné à leurs 86 minutes restantes des allures de mission impossible.
Si Andrea Raggi a sonné un semblant de révolte avec son égalisation à la 18e minute, d'un tir au ras du poteau, Monaco a eu trop d'imprécisions et de déchets dans son jeu pour espérer faire vaciller Valence. Même le but quelque peu confus d'Echiejile à un quart d'heure du terme n'y a rien changé.
Dans une déclaration rapportée par l’AFP, l’entraîneur de Monaco, Leonardo Jardim, a indiqué que  "le sentiment est que notre victoire ne nous a pas permis de qualifier l'équipe. On a encaissé un but très tôt. Cela a changé la dynamique de l'équipe. Le football de haut niveau est fait d'erreurs. A ce niveau, les erreurs se paient cher. En deuxième mi-temps, on a essayé de mettre en place un gros pressing. On a essayé de faire tourner le ballon pour aller aux prolongations. Lemar a fait une bonne frappe (83), Carrillo a bien dévié au premier poteau (86). Cela n'a pas suffi. (sur Fabinho) Un joueur n'est jamais heureux quand il fait un mauvais match. Mais on perd tous ensemble. Le responsable, c'est l'entraîneur, même si les joueurs aussi sont touchés. Je leur ai dit qu'à part 20 minutes en première mi-temps, on a été supérieur à notre adversaire. Après, on a essayé d'augmenter la pression. Les joueurs ont tout donné. Je suis content de leur attitude."
Quant à l’entraîneur de Valence, Nuno Espirito Santo, il a fait savoir : "Mes premiers mots vont aux supporteurs. On est heureux pour eux. Valence est là où il doit être, en Ligue des champions. Il faut souffrir pour être à ce niveau. On a souffert. Alors, bravo aux joueurs, bravo aux supporteurs qui ont fait 14 heures de route, et qui repartent heureux. (sur l'équipe alignée) Je possède un effectif avec de nombreuses options possibles. On a opté pour un onze initial différent de l'aller. On a fait une bonne mi-temps, avec 15 minutes de domination. En deuxième mi-temps, on a souffert. En trois matches officiels, presque tous les joueurs ont joué. Dans les vestiaires, il y a eu une célébration spontanée. On est solidaire, on sait travailler ensemble. Tout le monde a tout donné. (concernant les transferts) Il faut un défenseur central, c'est une évidence. Nous allons voir. Feghouli? Non, il ne partira pas. Il est sous contrat avec Valence. Il a fait un très bon match. Je compte sur lui. C'est un joueur important. Le club parle avec son représentant. Je tiens aussi à dire que Monaco a été un rival très difficile, une équipe de Ligue des champions. C'était le match le plus relevé de ce tirage. Une équipe va en Ligue des champions, l'autre en Europa League. Je leur souhaite le meilleur."
Dans les autres rencontres de ce mardi, le Shakhtar Donetsk s'est qualifié, mais a souffert pour écarter le Rapid Vienne, dans un match où tout s'est joué dans la première demi-heure.
Le club ukrainien, 8e de finaliste la saison passée, pourtant fort de son succès initial en Autriche (1-0), a concédé le nul (2-2) à Lviv après avoir été mené 2-1. Suffisant pour obtenir le sésame.
Autre habitué de la C1 ces dernières années, le FC Bâle est lui en revanche éliminé, pénalisé par son nul (2-2) concédé à domicile à l'aller. A Tel-Aviv face au Maccabi, il a été contraint au 1-1.
Le Celtic Glasgow, vainqueur de la C1 en 1967, s'arrête également là, battu 2 à 0 à Malmö qui efface sa défaite de l'aller (3-2) en Ecosse.
Enfin, le Dinamo Zagreb jouera la C1 après sa facile victoire 4-1 face au Skënderbeu Korçë, confirmant celle de l'aller (2-1).

Jeudi 27 Août 2015

Lu 528 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs