Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fin de cavale pour Zefzafi : Arrêté à Al Hoceima pour entrave à la liberté de culte entre autres chefs d’inculpation




Le procureur général du Roi près la Cour d'appel d’Al Hoceima a annoncé hier l’arrestation de Nasser Zafzafi au motif d’entrave à la liberté de culte.
Selon la même source, il a été arrêté en compagnie d’autres individus qui ont été remis a la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) à Casablanca pour enquêter avec le premier mis en cause sur les faits qui lui sont reprochés, et avec l'ensemble des prévenus sur des actes présumés concernant l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et d’autres actes constituant des crimes en vertu de la loi.
La goutte qui a débordé la vase, ce sont les dérapages de Zafzafi et de ses compagnons et surtout le fait qu’il ait interrompu le prêche de l’imam de la mosquée Mohammed V. Après ce déplorable incident, il a pris la fuite jusqu’à son arrestation hier par les forces de sécurité suite au mandat d’arrêt lancé par le procureur du Roi près la Cour d’appel d’Al Hoceima.
Certes, les organisateurs ont toujours mis en avant le fait que leurs  manifestations sont pacifiques et que leurs revendications sont à caractère social, malheureusement, leurs meneurs ont fait plusieurs dérapages. Il y a eu, en effet, des dépassements, des jets de pierre, de la casse et même des agressions contre les forces de l’ordre. Ainsi, plusieurs agents de police et des éléments des Forces auxiliaires ont été récemment blessés dont trois sont dans un état grave.
Il convient de noter que Nasser Zafzafi est considéré comme l’un des meneurs du mouvement baptisé « Hirak » dont les revendications se justifiaient a priori mais ont vite été récupérées par quelques parties à l’évidence intéressées. Un certain extrémisme religieux s’est également fait jour.
L’arrestation de Zafzafi a fait suite à d’autres arrestations opérées depuis samedi dernier. Leur nombre s’élève, selon le procureur général à 22 personnes (dont deux ont été appréhendées avant-hier).
En attendant la suite des évènements, il convient de noter que les revendications sociales, pourtant légitimes, que l’on fait valoir à Al Hoceima sont communes à plus d’une région à travers le pays. Les responsables sont bien évidemment interpellés à ce niveau, mais il va sans dire que les citoyens tout en ayant la liberté de manifester pour revendiquer leurs droits, sont tenus au respect de la loi. Les autorités le sont également. Elles doivent aussi œuvrer inlassablement pour  résoudre les problèmes dont souffrent les habitants de cette région. Le gouvernement a montré sa bonne foi en expédiant récemment sept ministres (Abdelouafi Laftit, Aziz Akhannouch, Mohamed Hassad, El Houcine Louardi, Abdelkader Amara, Mohamed Laaraj, Charafat Afilal) et directeurs d'institutions publiques en vue de relancer des projets du programme de développement d’Al Hoceima.

T. M.
Mardi 30 Mai 2017

Lu 1314 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs