Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Film anti-Islam : Mobilisation sécuritaire de l’Occident




Film anti-Islam : Mobilisation sécuritaire de l’Occident
Les Etats-Unis et la France ont pris des mesures de sécurité renforcées pour leurs intérêts dans le monde face à la colère des musulmans, qui pourrait redoubler avec la publication mercredi en France de caricatures du prophète Mahomet.
Ces craintes se concentrent notamment sur vendredi, journée de prière dans les pays musulmans et qui pourrait donner lieu à une mobilisation accrue contre l’Occident.
Les Etats-Unis prennent «des mesures fortes» pour protéger leurs ambassades dans le monde, a annoncé la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, démentant que Washington ait eu vent de l’attaque qui se tramait contre son consulat survenue en Libye le 11 septembre.
Après une semaine de violences antiaméricaines dans le monde arabo-musulman, «nous sommes en train de prendre des mesures fortes pour protéger le personnel des ambassades et consulats dans le monde entier», a ajouté la chef du département d’Etat, qui pilote le premier réseau diplomatique de la planète.
La France a suivi le même chemin alors qu’un hebdomadaire satirique, Charlie Hebdo, a publié dans son édition de mercredi des dessins sur la controverse créée par la diffusion d’un film amateur américain anti-islam, titré «L’Innocence des musulmans», à l’origine de la colère musulmane.
Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a annoncé mercredi à Paris que la sécurité avait été renforcée pour les ambassades françaises dans le monde. «J’ai évidemment envoyé des instructions pour que dans tous les pays où cela peut poser des problèmes, on prenne des précautions de sécurité particulières», a déclaré à la radio France Info M. Fabius.
A Paris, la sécurité a été renforcée autour de l’immeuble abritant la rédaction de Charlie Hebdo.
Les dessins du journal, en pages intérieures et en dernière page, visent généralement plus les responsables du film et les islamistes que l’islam même. Le prophète y est toutefois représenté nu dans deux dessins.
 «Nous sommes dans un pays où la liberté d’expression est garantie, la liberté de caricature aussi», a relevé sur la radio RTL le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault. Il a toutefois ajouté que «si vraiment des personnes se sentent heurtées dans leurs convictions et pensent qu’il y a eu dépassement du droit (...) elles peuvent saisir les tribunaux».
Dans le «contexte» actuel, la publication de Charlie Hebdo jette «de l»huile sur le feu», a jugé Laurent Fabius.
Le gouvernement a refusé d’autoriser une manifestation samedi à Paris qui avait pour but de protester contre le film américain anti-islam.
«Nous ne tolérerons pas de débordement», a expliqué le Premier ministre alors qu’une manifestation samedi près de l’ambassade américaine avait été émaillée de violences et donné lieu à environ 150 interpellations.
En novembre 2011, après la publication d’un numéro spécial baptisé «Charia Hebdo» avec Mahomet comme «rédacteur en chef», les locaux du journal satirique avaient été incendiés et le site Internet du journal piraté.
En France, toute atteinte à la communauté musulmane est d’autant plus sensible que ce pays abrite la plus importante communauté musulmane d’Europe, avec 4 à 6 millions de membres.
Plusieurs pays du Proche-Orient, d’Afrique du Nord, d’Asie et d’Europe sont secoués depuis une semaine par une vague de violences dirigées contre les Etats-Unis après la diffusion sur Internet du film américain islamophobe.
Selon des témoins, un millier d’étudiants ont manifesté pacifiquement mercredi contre ce film dans l’est de l’Afghanistan. La marche s’est tenue à Jalalabad sur la route menant à Kaboul. Ses participants ont scandé des chants appelant à «la mort de l’Amérique» et aux «ennemis de l’islam».
Mardi soir, le président américain Barack Obama avait appelé le monde musulman à travailler avec les Etats-Unis à assurer la sécurité de leurs représentants dans le monde.
«Le message que nous devons faire parvenir au monde musulman est que nous nous attendons à ce que vous travailliez avec nous pour protéger les nôtres, et aussi choquante que cette vidéo puisse être - et nous l’avons évidemment dénoncée, le gouvernement américain n’avait rien à voir avec elle - ce n’est jamais une excuse pour la violence», avait-il dit.

AFP
Jeudi 20 Septembre 2012

Lu 801 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs