Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fillon sommé de s'expliquer sur les emplois de son épouse

Le candidat de la droite s’est dit "scandalisé" par la polémique sur son épouse




Le ministre de l'Intérieur a pressé mercredi François Fillon de s'expliquer sur l'emploi d'attachée parlementaire dont son épouse a bénéficié durant plusieurs années, une fonction dont Le Canard enchaîné laisse entendre qu'elle était fictive.
Selon l'édition de mercredi de l'hebdomadaire satirique, Penelope Fillon, qui a toujours revendiqué distance et discrétion dans la carrière politique de son mari, a été rémunérée huit ans comme attachée parlementaire par François Fillon puis son suppléant à l'Assemblée nationale, et pendant 20 mois par "La Revue des deux mondes".
Le Canard enchaîné dit cependant n'avoir guère trouvé trace de ses activités.
"Quand il y a une accusation, il faut une explication. Ce n'est pas aux porte-parole de s'expliquer. C'est une accusation grave, le temps est à l'explication et Francois Fillon doit en donner de claires", a réagi Bruno Le Roux sur RTL.
Le ministre a estimé que l'emploi de conjoints ou parents comme attachés parlementaires, légal en France, devrait être interdit. "Cela ne doit pas être autorisé", a-t-il dit.
Le député socialiste Benoît Hamon, favori pour le second tour de la Primaire de "La Belle alliance populaire", s'est lui aussi prononcé pour la fin de cette pratique.
"Il faut que tout parlementaire n'ait plus le droit d'embaucher ni son enfant, ni un cousin, ni un parent, ni une femme, il faut une frontière étanche", a-t-il déclaré sur France 2.
L'équipe de campagne de François Fillon s'est mobilisée pour opposer aux interrogations et critiques des explications parfois maladroites sur le rôle déterminant de l'épouse du candidat de la droite et du centre, qui a fait de l'intégrité l'un des maîtres-mots de sa campagne.
Son coordinateur de campagne, Bruno Retailleau, et son porte-parole Thierry Solère ont dénoncé des "boules puantes" pour "salir" et "abîmer" à trois mois du premier tour de la présidentielle pour laquelle l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy est donné favori.
Les deux hommes ont défendu "un homme honnête" et "droit".
"Mme Penelope Fillon a travaillé avec son mari quand il était parlementaire? Oui, comme beaucoup de femmes et d'hommes qui travaillent avec leur conjoint en tant que parlementaire", a plaidé Thierry Solère sur RFI.
"Elle est élue dans la Sarthe et ça fait des années et des années, elle qui est diplômée en droit notamment, qu'elle accompagne François Fillon dans sa carrière politique", a-t-il ajouté, assurant que ses emplois n'étaient en rien fictifs.
Penelope Fillon, née en 1956 au Pays de Galles, a pris la relève de son époux en mars 2014 au conseil municipal de Solesmes (Sarthe), fief électoral de François Fillon où la famille possède un manoir.
François Fillon s'est dit "scandalisé" mercredi par les révélations du Canard enchaîné sur des emplois présumés fictifs de son épouse, dénonçant une attaque "misogyne" mais n'expliquant rien du fond de cette polémique surgie à trois mois du premier tour de l'élection présidentielle.
"Je vois que la séquence des boules puantes est ouverte. (...) Je suis scandalisé par le mépris et la misogynie de cet article", a dit à la presse François Fillon en marge d'un déplacement à Bordeaux où il devait afficher sa réconciliation avec Alain Juppé, son adversaire malheureux du second tour de la Primaire de la droite et du centre.
"Alors parce que c'est mon épouse, elle n'aurait pas le droit de travailler? Imaginez un instant qu'un homme politique dise d'une femme, comme le fait cet article, qu'elle ne sait faire que des confitures, toutes les féministes hurleraient", a-t-il ajouté.

Jeudi 26 Janvier 2017

Lu 609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs