Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fêtons propre, changeons d’habitudes !

Pour une prise de conscience collective




Fêtons propre, changeons d’habitudes !
Bonne fête ! L’Aïd Al Adha est là avec ses heurs et malheurs. Une fête doit normalement être source de joie, de plaisir et de bonheur, cependant l’ambiance qui y règne est souvent une souffrance à plusieurs niveaux. Les familles se retrouvent, se solidarisent, se partagent les joies et les délices culinaires de la fête qui n’est qu’une fête du Sacrifice dont le symbole reste la solidarité et l’entraide. L’objectif initial étant  d’ordre humanitaire, la nécessaire compassion envers les frères humains dans le besoin, en tant que témoignage de la compassion que Dieu accorde à l’homme. Mais dans la réalité les choses se passent autrement. On assiste alors à une ruralisation des villes et métropoles où tout espace se transforme en lieu de vente et d’achat de béliers, de génisses ou de caprins. Dans les quartiers, les rues et les ruelles, les garages s’improvisent en écuries avec tout ce que cela induit comme conséquences fâcheuses sur la vie des personnes et l’environnement. Partout ou l’on passe, ce sont des déchets qui s’amassent formant ainsi des montagnes qui donnent du fil à retordre aux services d’assainissement de toutes les villes déjà en mal de gestion.
C’est la pagaille et l’anarchie. Aucune organisation, ni de l’opération des ventes et achats, ni celle de l’immolation rituelle. Une véritable catastrophe sur le plan écologique  et sanitaire avant et après le jour de la fête. L’hygiène des villes qui laisse déjà à désirer en prend un coup dur. Et si on fêtait propre, écologique et en sécurité sanitaire. ?  Et c’est très possible avec une bonne organisation et des mesures écologiques qui ne sont nullement en contradiction avec la religion.
A l’image de plusieurs pays développés où il y a bon nombre de musulmans, il existe des abattoirs spécialisés et agréés par les autorités. L’abattage peut se faire dans les abattoirs et les viandes remises à domicile au citoyen. Certaines initiatives ont été entreprises dans ce sens mais certaines habitudes ont la vie dure. Pour que la fête prenne son véritable sens. Pour qu’elle ne soit pas synonyme de saleté, de déchets et autres ordures  à la pelle. Pour que les rues et les infrastructures de nos villes ne soient pas dangereusement ou piteusement affectées et que leur environnement ne connaisse pas de graves conséquences fâcheuses, pour des viandes saines allant dans le sens de la protection de la santé du consommateur, il faut la contribution et la participation de tous. Il faut une prise de conscience collective du danger que représente cette pollution occasionnelle sur la santé des citoyens et l’environnement urbain.  

Kamal Mountassir
Mardi 15 Octobre 2013

Lu 1542 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs